Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Les PVVIH récusent la politique nationale de prise en charge des malades - 03/12/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En matière de VIH/Sida, l’accessibilité, c’est permettre à toute personne, d’avoir accès au service de prévention et de santé sur l’ensemble du territoire et de façon équitable. L’inégale répartition de services de santé et des préventions sur l’ensemble du territoire constitue un obstacle à la réalisation de l’accès universel. En marge de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida, célébrée le 1er décembre, les personnes vivant avec le VIH/Sida (PVVIH), les plates formes de lutte contre le Sida (UCOP+, Forum Sida) et les organisations non gouvernementales (ONG) de prise en charge des PVVIH (Fondation Femme Plus, AMO-Congo, VORSI-Congo), ont organisé, le vendredi 30 décembre dernier, une marche pacifique à l’issue de laquelle, des mémoranda ont été déposés successivement auprès du Premier ministre, aux bureaux deux chambres du Parlement. Cette marche s’inscrit aussi dans le cadre de « la campagne nationale de plaidoyer contre l’inégalité de l’accès au traitement antirétroviral en RDC »

A travers ce mémorandum, les PVVIH, les plates-formes de lutte contre le virus et les ONG de prise en charge des PVVIH dénoncent la lourdeur inacceptable dans le système de passation de marchés, la gestion du circuit d’approvisionnement et de distribution des antirétroviraux (ARV). Ils dénoncent également la léthargie et l’inconscience de ceux qui ont en main l’organisation de ce circuit. Car, ces derniers ne se rendent pas compte que l’accès aux ARV est un problème de survie des centaines de milliers de personnes qui attendent leur bon vouloir.

Défaillance

Ils s’insurgent aussi contre la défaillance dans l’exécution de la politique nationale de prise en charge des malades. Le mémorandum cite le cas de Cameroun où la couverture est de 23 % et le Sénégal près de 100%.
Soucieux de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des PVVIH, les rédacteurs du mémorandum ont formulé quelques revendications à l’endroit des décideurs (président de la République, le parlement et le gouvernement congolais et d’autres institutions tant nationales) qu’internationales par rapport à l’accessibilité aux ARV.

Le rapport du Programme national de lutte contre le VIH/Sida (PNLS), note le mémorandum, la prévalence du Virus est de 40,1 % pour l’année 2006. Actuellement en RDC, le nombre des PVVIH est de 1.230.000 selon le même rapport. De ces personnes, 203.605 ont besoin urgemment du traitement ARV. Mais le rapport de PNLS/2006 fait état de 17.561 personnes sous traitement, soit une couverture de 8,6 %. Cela signifie, poursuit le mémorandum, 186.809 PVVIH éligibles au traitement ARV, soit 91 %, attendent anxieusement d’avoir droit à ces molécules si indispensables à leur survie.

Par Godard mabokoy

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !