Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le choléra et la malnutrition s’ajoutent à la souffrance extrême des populations - 24/12/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Médecins Sans Frontières (MSF) lance un cri d’alarme pour les populations du Nord-Kivu qui se trouvent aujourd’hui dans un état de vulnérabilité extrême. Les déplacements de populations sont incessants et se sont accrus avec l’intensification du conflit armé dans cette province de l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Signe de l’aggravation de la situation humanitaire, la malnutrition se développe et le choléra se propage dans différentes régions du Nord-Kivu. «A travers nos programmes d’aide médicale dans les territoires du Masisi et du Rutshuru, nous sommes témoins d’une situation alarmante», explique Colette Gadenne, chef de mission pour MSF. «Les personnes déplacées ont souvent dû fuir à plusieurs reprises, depuis plusieurs années, et sont aujourd’hui à bout de forces. La difficulté d’accéder aux soins, la malnutrition, les épidémies mais aussi les violences exercées contre les civils sont à l’origine de cette grande vulnérabilité», fait-il remarquer. Depuis la mi-novembre, des dizaines de milliers de déplacés sont arrivés à Masisi, Kitchanga, Rutshuru, Nyanzale et Goma. L’accès des populations aux soins de santé, déjà faible auparavant, est aujourd’hui encore plus limité. En effet, suite aux hostilités, beaucoup d’organisations d’aide ont dû suspendre leurs activités, alors que les centres de santé ne sont plus approvisionnés ou ont même été désertés par le personnel soignant.

Ne pouvant plus cultiver leurs terres, et n’ayant plus accès à leurs réserves de nourriture, les personnes déplacées perdent leur seul moyen de subsistance. Faute de nourriture, la malnutrition se développe. Dans ses projets, MSF traite de nombreux cas de malnutrition modérée et sévère chez les jeunes enfants. A Nyanzale, 125 enfants sévèrement malnutris sont hospitalisés chaque mois. A Masisi, depuis l’ouverture du programme nutritionnel de MSF à la mi-octobre, 700 enfants souffrant de malnutrition aiguë ont été enregistrés et une cinquantaine sont actuellement hospitalisés. Nous craignons que cette situation n’empire dans les prochaines semaines.

MSF/LP

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !