Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Sida : lancement d’un nouveau médicament - 24/01/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les laboratoires MSD-Chibret viennent de lancer en France un nouveau médicament anti-Sida, premier inhibiteur d’intégrasse, autorisé pour les adultes chez lesquels le virus continue à se multiplier malgré le traitement en cours, rapporte l’AFP. Le médicament, le raltégravir (nom commercial : Isentress) est indiqué en association avec d’autres molécules anti-rétrovirales (ARV), a précisé le laboratoire qui avait reçu l’approbation européenne pour ce produit en décembre dernier. Déjà disponible au Canada et aux Etats-Unis, Isentress commercialisé depuis janvier en France, a également été lancé en Allemagne, en Grande-Bretagne, selon MSD (filiale de l’Américain Merck). Le médicament est un comprimé à 400 mg à prendre deux fois par jour, en association avec d’autres ARV actifs.

Il représente un recours pour les patients en échec thérapeutique ou en phase d’échappement (la charge virale remonte - c’est-à-dire la multiplication du virus reprend). Le prix européen (27 euros par jour) est comparable à celui des derniers ARV mis sur le marché, d’après MSD. Avec les « autorisations temporaires d’utilisation » accordées par les autorités sanitaires depuis novembre 2006, 1.317 patients en ont déjà bénéficiés en France. C’est le premier médicament autorisé d’une nouvelle classe d’antirétroviraux (ARV), les inhibiteurs de l’intégrasse. En bloquant cette enzyme, l’intégrasse, le raltégravir bloque la capacité du virus à se multiplier et à infecter de nouvelles cellules. Cependant comme les autres ARV, il ne guérit pas de l’infection par le virus (VIH).

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !