Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Katanga : exode des infirmiers de Dilolo vers l’Angola - 02/02/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Très souvent, il est question de « grands » cerveaux congolais qui choisissent d’aller tenter leur chance hors de frontières de la République démocratique du Congo (RDC). Car les bonnes conditions salariales et de travail ne sont plus de mise au Congo depuis plusieurs décennies. Cette fuite des universitaires et autres « intellectuels » a fait des émules parmi lesquels les infirmiers. Même ceux que l’on peut considérer comme des « petits » cerveaux commencent à en avoir marre de leur clochardisation. D’où le sauve qui peut.

Plus de la moitié des infirmiers de Dilolo, dans le district de Lualaba, province du Katanga, ont déserté leur milieu pour aller travailler en Angola où ils sont mieux rémunérés. Le médecin-chef de zone de santé de ce territoire, Franck Kayembe, lance un cri de détresse, renseigne le journal en ligne de Radio Okapi. « C’est un problème de motivation et, peut-être aussi, des conditions de travail. Là, ils trouvent mieux qu’ici chez-nous », a-t-il expliqué, en mission de travail à Lubumbashi, chef-lieu de la province.

Par ailleurs, d’autres infirmiers de la place, qui ne peuvent tenter leur chance en dehors des frontières congolaises, préfèrent rester dans la cité de Dilolo au détriment des contrées de l’intérieur du territoire. Ce qui fait que la population de plusieurs villages de ce territoire n’a pas accès aux soins de santé, faute d’un personnel médical qualifié.

A tout prendre, si le gouvernement n’améliore pas les conditions salariales et de travail des professionnels de santé oeuvrant sur l’ensemble du territoire national, ceux-ci, à l’instar de leurs collègues de Dilolo, pourraient aussi choisir le chemin de l’exil. Ce serait la catastrophe, dans un pays où les maladies, diverses et diversifiées, côtoient les Congolais. La dernière grève observée par le corps médical, à travers le pays, illustre bien la situation catastrophique que le pays allait connaître, si la radicalisation avait persisté.

Comme le signale le médecin-chef de zone de santé, Kayembe, les infirmiers « patriotes » n’osent sortir de la cité de Dilolo où ils se résignent de conditions leur offertes. Abandonnant ainsi beaucoup de patients dans les villages de la zone de santé à leur triste sort ou entre celles des charlatans. Dans un avenir proche, l’on ne serait pas surpris si l’on enregistrait un taux de mortalité plus élevé dans cette partie du Katanga.

Par DIOSSO OLIVIER

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !