Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

La résurgence du choléra au Katanga devrait interpeller le gouvernement - 15/02/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La progression dangereuse de l’épidémie de choléra dans la province du Katanga remet le gouvernement devant ses responsabilités par rapport à la libération de l’autonomie financière des provinces telle que stipulée dans la Constitution de la 3ème République. Les 40 % ont été occultés ; seule une fourchette variant entre 3 et 5 % est libérée, ce qui ne permet pas au gouvernement provincial et à l’assemblée provinciale de faire face à la survenance des épidémies et autres catastrophes humanitaires.

L’épidémie du choléra sévit dans la province du Katanga depuis le dernier semestre de 2007. Les chiffres sont effarants et la maladie poursuit son avancée à la manière d’une larve incandescente après une éruption volcanique. Selon Médecins sans frontières (MSF) il s’observe une augmentation moyenne de 389 patients, au vu des statistiques livrées par des centres de santé.

Le dernier bilan fait état de 4000 malades infectés. La ville de Lubumbashi compte 2543 cas répertoriés dans deux centres situés l’un dans la communes de la Kenya et l’autre dans la commune de la Katuba. A Likasi, il a été enregistré 1486 cas.
De septembre 2006 à ce jour, plus de cent malades ont déjà succombé des suites de cette épidémie qui n’existe que dans des pays où l’hygiène publique est le cadet des priorités du gouvernement. Au Katanga, la population se plaint du fait que les autorités provinciales ne sont pas en mesure de répondre à cette épidémie qui est due, selon MSF, au manque d’eau potable.

C’est donc une question de santé publique. Et cela exige de gros moyens. C’est une matière qui est gérée concurremment entre le gouvernement central et les gouvernements provinciaux. C’est dans ce sens que la population ne comprend pas comment le gouvernement tarde à libérer les 40 % des recettes réalisées par les provinces. « Cela aiderait à parer au plus pressé avant l’intervention du pouvoir central, comme c’est le cas du choléra », a déclaré M. Ngoy, infirmier à Likasi.
Les Katangais souhaiteraient voir diminuer l’intervention des ONG et autres organismes internationaux pour des épidémies que les Congolais peuvent combattre. Ils plaident pour l’augmentation du taux de la retenue à la source des recettes réalisées localement. Le choléra devrait interpeller le gouvernement, le Parlement et les pousser à activer la mise en application des dispositions constitutionnelles. Car, les jours passent mais, les années aussi. Les nouvelles échéances avancent à grandes enjambées. Il faut avoir un bilan à présenter.

Par Willy Kabwe

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !