Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme : un nouveau représentant spécial chargé du paludisme à l’OMS - 26/02/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a annoncé la semaine dernière la nomination de Ray Chambers au poste de représentant spécial chargé du paludisme. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Dr Margaret Chan, se félicite de ladite nomination. «Nous nous trouvons à un tournant dans la lutte contre le paludisme : nous disposons désormais des outils pour stopper le fléau, et notamment pour réduire rapidement la mortalité de l’enfant.

Ray Chambers saura se prévaloir de son expérience et de son enthousiasme et faire preuve de l’engagement dont le monde a immédiatement besoin pour susciter la volonté politique et obtenir les fonds nécessaires à une lutte en profondeur contre cette menace », a-t-elle dit.
En effet, l’OMS recommande de lutter contre le paludisme sur trois fronts, à savoir la protection, la lutte anti vectorielle et le traitement.

La protection, c’est pour la distribution gratuite ou à des prix fortement subventionnés, de moustiquaires imprégnées d’insecticide à tous ceux qui en ont besoin. La lutte anti vectorielle par le recours à la pulvérisation contrôlée à l’intérieur des habitations et le traitement à l’utilisation d’associations médicamenteuses comportant de l’artémisinine réduisent le nombre des moustiques vecteurs.

Il s’agit de faire bénéficier ces mesures à toutes les communautés touchées. Les estimations les plus récentes montrent que le paludisme provoque la mort d’un enfant africain toutes les 30 secondes. Or, au cours de l’année écoulée, le renforcement des investissements et de l’action en faveur de la lutte a permis une diminution sensible du nombre des décès d’enfants dans plusieurs pays africains.

L’OMS salue l’engagement d’un nombre croissant de gouvernements, de communautés, de soignants, de donateurs, de fondations et d’organisations du secteur privé et du secteur public en faveur de la lutte contre le paludisme. L’Organisation est résolue d’agir dans le cadre de cette équipe toujours plus large, unie contre la maladie.

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !