Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la mutilation génitale féminine : les institutions de l’ONU joignent leurs forces - 26/03/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des institutions de l’ONU joignent leurs forces contre la mutilation génitale féminine. 10 institutions d’entre elle ont déclaré qu’elles soutiendraient les gouvernements, les communautés et les femmes afin qu’ils abandonnent cette pratique en l’espace d’une génération, avec une nette réduction d’ici à 2015, l’année où les Objectifs du Millénaire pour le développement doivent être atteints, rapporte un communiqué de presse de l’Unicef.

La mutilation génitale féminine viole les droits des femmes et des filles à la santé, à la protection et même à la vie car, cette procédure entraîne quelquefois la mort.
Comme l’indique la déclaration, la pratique reste très répandue, bien que le travail accompli depuis des dizaines d’années par des communautés locales, des gouvernements et des organisations nationales et internationales ait contribué à une réduction des taux de prévalence de mutilation génitale féminine en de nombreuses régions.

« Si nous pouvons nous unir pour un effort soutenu, nous pourrons faire disparaître la mutilation génitale féminine en l’espace d’une génération », a dit Mme Asha-Rose Migiro, secrétaire générale adjointe de l’Onu. «Mais il faudra pour cela disposer davantage de ressources et que nous tous renforcions notre coordination et notre coopération ». On estime qu’entre 100 et 140 millions de filles et de femmes ont subi une mutilation génitale féminine dans le monde et que, chaque année, 3 millions de filles risquent de subir ce traitement.

Conséquences de la mutilation

D’après les 10 institutions de l’Onu à l’origine de la déclaration, «on pourra atteindre l’objectif ambitieux d’une élimination de la mutilation génitale féminine en une génération en s’appuyant sur les progrès des programmes existants et en travaillant main dans la main avec les communautés. Nous avons constaté bien des succès, il y a beaucoup de personnes qui se détournent de cette pratique. Pour passer à plus grande échelle, nous devons également compter sur les efforts des dirigeants résolus à éliminer la mutilation génitale féminine à tous les niveaux».

La déclaration met en lumière les conséquences nocives de la mutilation génitale féminine sur la santé des femmes, des filles et des nouveaux-nés.
Si des hémorragies massives et des états de choc sont parfois des conséquences immédiates, la procédure a des effets à long terme sur la santé, notamment des douleurs chroniques, des infections et des traumatismes.

De récentes études montrent que les femmes qui ont subi une mutilation génitale risquent plus d’avoir recours à des césariennes, de devoir séjourner plus longtemps à l’hôpital et de subir une hémorragie au cours de l’accouchement.

Et les taux de mortalité de leurs nouveaux-nés, juste après l’accouchement, sont également plus élevés.
La déclaration fait valoir aussi que la mutilation génitale féminine est un signe de relations inégales entre femmes et hommes qui sont profondément ancrées dans des conventions sociale, économique et politique.

Comme la mutilation génitale féminine est une convention sociale, souligne la déclaration, le meilleur moyen de l’éliminer consiste à travailler avec les communautés qui la pratiquent.

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !