Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Selon les estimations de l’OMS / Contrefaçon de médicaments : le danger s’étend - 26/06/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les contrefacteurs, mieux organisés, s’attaquent désormais à tous les médicaments et non plus au seul Viagra, dont le mérite et le prix bradé sont vantés dans les spams, et commencent à pénétrer sur les marchés des pays riches, jusqu’alors épargnés. Selon les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les médicaments contrefaits représenteraient 10% du marché pharmaceutique mondial. « Les réseaux sont de plus en plus industrialisés et hyper réactifs et copient même les numéros des lots, ce qui rend très difficile la détection », juge Christine Huber, directrice projet contrefaçon chez Sanofi-Aventis.

Résultat : on n’est plus en train de faire seulement la contrefaçon du Viagra. Aujourd’hui, on trouve des produits contrefaits dans toutes les classes thérapeutiques et ça c’est nouveau, rapporte l’AFP.

Au palmarès des médicaments les plus contrefaits figurent donc, à part les traitements dits de confort (Viagra, amincissants...), les traitements contre les pathologies cardiovasculaires, les antibiotiques, les antipaludéens ou les anticancéreux.

Véritables placebos, contenant du principe actif mais sous-dosés ou carrément fabriqués avec des ingrédients toxiques, «au mieux ils soignent, au pire ils tuent», insiste l’agence.

Le nombre des médicaments contrefaits interceptés aux frontières de l’Union européenne a progressé de 51% en 2007, après une flambée de plus de 400% en 2006. En France, les saisies, essentiellement du Viagra provenant d’Inde et en transit vers l’Afrique ou l’Amérique Latine, ont bondi de 31% l’an dernier.

Vendus moins cher sur des marchés parallèles dans les pays en voie de développement, où ils représentent parfois jusqu’à 60% du marché, les médicaments contrefaits fleurissent sur les sites internet à destination des patients des pays riches.

Les laboratoires pointent du doigt le système de «distribution parallèle» autorisé par l’Union, qui consiste à acheter des médicaments dans un État membre avant de les revendre dans un autre, ce qui peut passer par un reconditionnement du comprimé, une voie royale pour écouler les produits contrefaits.

Un argument totalement rejeté par l’European Association of Euro-Pharmaceutical Companies, représentant les distributeurs parallèles, qui dénonce le caractère commercial de ces accusations.

Pour mieux vérifier l’origine des médicaments, les laboratoires européens, qui demandent aussi un durcissement de la loi, vont tester dès 2009 en Allemagne un système de vignette uniques par boîte, baptisé « Data matrix ».

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !