Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la mortalité infantile : rendre accessibles des interventions simples pour la survie des enfant - 02/09/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Près de dix millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année, c’est plus d’un millier par heure. Tous pourraient survivre et se développer s’ils avaient accès à des interventions simples et abordables. La perte d’un enfant est une tragédie, une souffrance pour les familles et un gaspillage de potentiel humain. D’un à cinq ans, les principales causes de décès sont la pneumonie, la diarrhée, le paludisme, la rougeole et le VIH. La malnutrition est un facteur aggravant qui joue un rôle dans un décès d’enfant sur deux.

Le risque de décès est le plus élevé au cours du premier mois de vie; l’accouchement dans de bonnes conditions d’hygiène et des soins néonatals efficaces jouent à cet égard un rôle essentiel. Les naissances prématurées, l’asphyxie à la naissance et les infections sont à l’origine de la plupart des décès de nouveaux-nés…

La pneumonie est la principale cause de décès chez l’enfant de moins de cinq ans. Sur les 154 millions de cas enregistrés chaque année, près des trois quarts surviennent dans quinze pays. Les principaux facteurs de risque de la maladie sont la malnutrition et la pollution à l’intérieur des habitations. La lutte contre ces facteurs et la vaccination sont essentielles à la prévention. Les antibiotiques et l’oxygène sont des moyens thérapeutiques essentiels.

Les maladies diarrhéiques sont une importante cause de morbidité et de mortalité chez l’enfant dans les pays en développement. L’allaitement exclusif contribue à éviter la diarrhée chez le jeune enfant. Le traitement de l’enfant malade au moyen de sel de réhydratation par voie orale (SRO) et d’une supplémentation en zinc est un moyen sûr et rentable qui permet de sauver des vies.

Toutes les trente secondes un enfant meurt du paludisme en Afrique. Il s’agit de la principale cause de décès chez l’enfant de moins de cinq ans dans cette région. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide permettent d’éviter la transmission et d’améliorer la survie de l’enfant. Un traitement précoce au moyen d’antipaludéens permet aussi de sauver des vies. Plus de 90% des infections par le VIH chez l’enfant sont le résultat d’une transmission mère-enfant qu’on peut éviter en recourant aux antirétroviraux ainsi qu’en veillant à des pratiques plus sûres lors de l’accouchement. L’OMS estime à 2,3 millions le nombre d’enfants de moins de 15 ans vivant avec le VIH et, chaque jour, plus de 1400 enfants sont infectés. Sans traitement, plus de la moitié des enfants infectés par le VIH meurent avant leur deuxième anniversaire. Le traitement antirétroviral des enfants infectés par le VIH améliore sensiblement le taux de survie et leur qualité de vie.

Une vingtaine de millions d’enfants de moins de cinq ans dans le monde sont gravement malnutris et, de ce fait, plus exposés à la maladie et à une mort prématurée.

Pour atteindre le quatrième objectif du Millénaire pour le développement, réduire la mortalité de l’enfant de moins de cinq ans de deux tiers d’ici 2015, il est indispensable de renforcer l’investissement. Les partenaires publics et privés doivent s’associer pour combler le déficit actuel estimé à quelque 50 milliards de dollars afin de parvenir à cet objectif, certes ambitieux, mais qui n’est pas hors de portée.

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !