Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Haut-Lomami : le centre de santé de Kasese se meurt - 04/09/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Situé à 30 kilomètres de Kaniama, dans la province du Katanga, le centre de santé de Kakese est devenu l’ombre de lui-même. Sur ses 35 lits, seulement 7 sont pourvus de matelas, et la plupart des malades passent la nuit sur des planches, à même le sol, rapporte radiookapi.net. Cette structure médicale accueille essentiellement les agents du centre pilote. Mais les habitants de la cité et des villages voisions y sont également soignés. Depuis quelque temps cependant, le centre de santé de Kakese est confronté à des difficultés d’ordre matériel et logistique qui l’empêchent de fonctionner normalement.

Au laboratoire, le microscope utilisé est dépourvu du miroir. Selon le laborantin, ils utilisent un miroir de la maison pour faire le travail et six autres microscopes du centre sont en panne, dit-il. « Nous utilisons ce miroir faute de mieux, pour aider la population », indique-t-il. Dans la salle d’opération, pas de matériels non plus. Pourtant les interventions y ont lieu. On pourrait dire que le médecin fait de la magie pour sauver des vies humaines. « Nous avons des bocaux comme des aspirateurs, mais qui manquent des moteurs. Si nous avons la paratomie ici, on se bat avec des compresses, pendant même deux heures, pour vider l’abdomen », affirme à son tour un médecin. D’après la source, ce sont des lampes torches ou des bougies qui servent de source d’éclairage. « La dernière fois, nous avons fait une césarienne avec des bougies », ajoute le même médecin. Dans la pharmacie, seules quelques boîtes à moitié vides sont visibles sur les étagères.

Par NADINE KAVIRA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !