Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Cancer du col de l’utérus : fiabilité établie d’un test simple de détection du papillomavirus - 24/09/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un test simple pour détecter le papillomavirus, à l’origine du cancer du col de l’utérus, s’est révélé fiable à 90% chez des femmes de la province du Shanxi, dans l’est de la Chine, selon un article publié en ligne lundi dans la revue spécialisée «the Lancet oncology». L’AFP rapporte que le test, «care-HPV» («traitement du papillomavirus humain»), peut détecter 14 types différents de papillomavirus à haut risque en 2 heures et demi. Il peut être utilisé dans des zones rurales par un personnel non-médical après une formation sommaire. L’expérimentation en a été faite auprès de 2.388 femmes de 30 à 54 ans, avec une fiabilité de 90% pour les prélèvements de femmes atteintes et de 84,2% pour ceux de femmes non-atteintes.

Selon un des auteurs de l’étude Si des femmes de 30 ans ou plus pouvaient être soumises à ce test au moins une fois dans leur vie, et recevoir dans la foulée un traitement approprié, le nombre des décès par cancer du col de l’utérus serait réduit d’un tiers. L’on rappelle que le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer de la femme dans le monde, avec 500.000 nouveaux cas et 300.000 décès par an, dont 85% dans les pays en développement. Les tests sophistiqués en usage dans les pays développés, dans des laboratoires spécialisés, sont difficiles à utiliser dans des régions reculées des pays en développement. Quant au vaccin, qui concerne deux types de papillomavirus impliqués dans 70% des cas de cancer, il est utilisable seulement en principe avant le premier rapport sexuel.

Par Raymonde Senga Kosi

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !