Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Selon l’OMS : plus de 95% des décès dus à la rage humaine surviennent en Asie et en Afrique - 02/10/2008 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La rage est une zoonose d’origine virale que l’on trouve chez les animaux domestiques et sauvages. Elle se transmet à d’autres animaux ou à l’être humain par la salive. Une fois que les symptômes de la maladie sont apparus, l’issue est fatale chez l’animal comme chez l’homme. Elle est présente sur tous les continents et largement répandue. Plus de 55 000 personnes meurent chaque année de la rage. Plus de 95% des décès dus à la rage humaine surviennent en Asie et en Afrique.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la plupart des décès humains sont consécutifs à la morsure d’un chien infecté. Il n’existe pas de traitement et la maladie est presque toujours mortelle.

La stratégie la plus rentable pour prévenir la rage chez l’homme est d’éliminer la maladie chez le chien grâce à la vaccination animale.

En effet, la rage se transmet le plus souvent à l’être humain par morsure d’un animal infecté : chiens, chats, carnivores sauvages comme les renards, les ratons laveurs, les moufettes, les chacals, les loups ou encore des chauves-souris insectivores ou des vampires. Les bovins, les chevaux, les cervidés et d’autres herbivores peuvent contracter la rage mais la transmission du virus à d’autres animaux ou à l’homme, même si elle est possible, se produit alors rarement.

Le moyen de protection le plus efficace contre la rage consiste à laver et à rincer la blessure ou le point de contact à l’eau et au savon, avec un détergent ou simplement de l’eau, puis à appliquer de l’éthanol ou de l’iode (en teinture ou en solution aqueuse). Le vaccin antirabique doit être administré en cas d’exposition des catégories 2 et 31 le plus tôt possible et en suivant les protocoles recommandés par l’OMS. Les immunoglobulines antirabiques doivent être administrées après toutes les expositions de catégorie 3 et après les expositions de catégorie 2 en cas de déficit immunitaire. La suture des plaies devrait être repoussée mais, si elle est indispensable, il convient d’appliquer au préalable des immunoglobulines. Le cas échéant, on entreprendra le traitement antitétanique et on administrera des antimicrobiens ou d’autres médicaments pour combattre d’autres infections que la rage.

Les vaccins antirabiques préparés sur tissu nerveux, encore utilisés aujourd’hui dans certains pays en développement, ne devraient plus être produits. Il convient d’utiliser désormais les puissants vaccins hautement purifiés obtenus sur culture de cellules ou des oeufs embryonés.

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !