Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Selon l’Oms : Environ 10 millions de femmes par an meurent pendant la grossesse ou l’accouchement - 06/07/2006 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Selon l’Oms : Environ 10 millions de femmes par an meurent pendant la grossesse ou l’accouchement Pourquoi y a t-il encore tant de femmes qui meurent pendant la grossesse ou l’accouchement ? C’est à cette question que répond un expert de l’Organisation mondiale de la santé. Ce spécialiste relève dans un communiqué rendu public par cette organisation que toutes les minutes, au moins une femme meurt dans le monde des complications de la grossesse ou de l’accouchement - soit un total de 529 000 décès par an.

En outre, le nombre de femmes souffrant de lésions, d’infections ou de maladies liées à une grossesse ou à un accouchement est vingt fois supérieur - environ 10 millions de femmes par an. Selon lui, cinq complications directes sont responsables de plus de 70% des décès maternels, à savoir, l’hémorragie (25%), les infections (15%), les avortements à risque (13%), l’éclampsie (forte tension susceptible d’entraîner des convulsions - 12%) et la dystocie (8%).
Il les considère comme les principales causes de décès maternels en indiquant toutefois, l’inaccessibilité, le coût excessif et la piètre qualité des soins comme des éléments déterminants. «Ces décès sont préjudiciables au développement et au bien-être social puisque environ un million d’enfants se retrouvent orphelins chaque année et qu’ils ont dix fois plus de chances de mourir dans les deux années qui suivent le décès de leur mère », ajoute-t-il.

L’expert souligne en outre que les femmes ne sont pas obligées de mourir en donnant la vie et qu’il importe que les jeunes femmes reçoivent l’information et le soutien dont elles ont besoin pour gérer leur santé génésique, qu’elles bénéficient d’une aide tout au long de leur grossesse et que des soins soient prodigués à la mère ainsi qu’à l’enfant pendant les premières années de sa vie.

Planification familiale pour réduire les cas décès maternels

Il estime que la grande majorité des décès maternels pourraient être évités si les femmes avaient accès à des services de planification familiale de qualité, à des soins qualifiés pendant la grossesse, l’accouchement et le premier mois qui suit la naissance ou à des services ad hoc après un avortement ainsi qu’à la possibilité d’avorter dans conditions de sécurité lorsque cette intervention est autorisée par la loi. «15% des grossesses et des accouchements nécessitent des soins d’obstétrique d’urgence, car les risques ne sont pas prévisibles. Un système de soins de santé fonctionnel et un personnel de santé qualifié sont indispensables pour sauver la vie de ces femmes », déclare-t-il.

Le communiqué souligne également que l’OMS s’est engagée à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement qui consistent à réduire de trois quarts la mortalité maternelle. Cette année, indique-t-on, la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril, a visé à convaincre les gouvernements et la communauté internationale à accorder la priorité à la santé maternelle et infantile en réclamant un accès élargi à des soins et des interventions susceptibles de sauver des vies et une continuité des soins pour les femmes et les enfants, dès avant la grossesse, pendant l’accouchement, puis pendant la petite enfance.

R.S.K

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !