Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lèpre : la RDC parmi les pays à forte endémie - 21/09/2009 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La lèpre est une maladie chronique provoquée par le bacille Mycobacterium leprae. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la RDC est parmi les pays à forte endémicité. La lèpre se propage très lentement et la période d’incubation de la maladie est d’environ cinq ans. Les symptômes ne peuvent apparaître qu’au bout de vingt ans. La lèpre n’est pas très contagieuse. Elle est transmise par des gouttelettes d’origine buccale ou nasale, lors de contacts étroits et fréquents avec un sujet infecté et non traité.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la plupart des pays antérieurement de forte endémie sont parvenus à l’élimination. Il reste des foyers de forte endémicité dans certaines régions de l’Angola, du Brésil, de l’Inde, de Madagascar, du Mozambique, du Népal, de la République Centrafricaine, de la République démocratique du Congo et de la République Unie de Tanzanie. Ces pays ont toujours la ferme volonté d’éliminer la maladie et continuent à intensifier leurs activités de lutte contre la lèpre. L’engagement politique doit être renforcé dans les pays où la lèpre demeure un problème de santé publique. Pour atteindre tous les malades, le traitement de la lèpre doit être intégré dans les services de santé de base. La réussite de l’élimination en dépend. Les partenaires associés à l’élimination de la lèpre doivent veiller à ce que les ressources humaines et financières soient disponibles.

La lèpre provoque principalement des lésions cutanées et nerveuses. Faute de traitement, elle peut entraîner des lésions progressives et permanentes de la peau, des nerfs, des membres et des yeux. On parle de lèpre pauci- bacillaire (PB) lorsque le sujet présente de une à cinq lésions cutanées insensibles. On parle de lèpre multi-bacillaire (MB) lorsqu’il y a plus de cinq lésions cutanées insensibles.

La honte associée depuis des siècles à cette maladie demeure toujours un obstacle à la consultation spontanée et au traitement précoce. L’image de la lèpre doit être modifiée au niveau mondial, national et local. Un environnement nouveau, où les malades n’hésiteront pas à venir solliciter le diagnostic et le traitement, devra être créé.

La stratégie de l’élimination de la lèpre reste la campagne en cours pour l’élimination de la lèpre s’attache à assurer d’un côté des services accessibles et ininterrompus de PCT à tous les malades au moyen de systèmes souples et conviviaux d’approvisionnement de médicaments et de l’autre la pérennité des services de PCT en les intégrant aux services de santé et en renforçant la formation des agents de santé.

Par REGINE KIALA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !