Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Selon un rapport de l’Onusida : le nombre de nouvelles infections par le Vih a diminué de 17 % - 26/11/2009 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le nombre de nouvelles infections par le Vih a diminué de 17 % ces huit dernières années. Telles sont les nouvelles données publiées, le mardi 24 novembre dernier, par le Programme commun des Nations Unies sur le Vih/Sida (Onusida), avec l’appui de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport intitulé « Le point sur l’épidémie de Sida en 2009 ». Ceci constitue un des progrès les plus remarquables en Afrique subsaharienne.

Le Sida sort de son isolement grâce aux efforts pour instaurer l’accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien.

En effet, depuis 2001, date de la signature de la Déclaration d’engagement des Nations Unies sur le Vih/Sida, le nombre de nouvelles infections en Afrique subsaharienne a baissé approximativement de 15 %, soit environ 400 000 nouvelles infections de moins en 2008.

Par ailleurs, née en Asie orientale, l’incidence a diminué de près de 25 % et, en Asie du Sud et du Sud-Est, de 10 % sur la même période. En Europe orientale, après une augmentation spectaculaire de nouvelles infections chez les toxicomanes par voie intraveineuse, l’épidémie s’est considérablement stabilisée. Pourtant, dans certains pays, des signes montrent que l’incidence du Vih croît de nouveau.

« La bonne nouvelle, c’est que nous avons des preuves que les baisses que nous observons sont dues, au moins en partie, à la prévention », se félicite Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida.

Il faut souligner que, pour la première fois, la parution est double et le rapport Unaids Outlook examine la manière dont les études sur les «modes de transmission» changent l’approche pour les efforts de prévention. Sur ce, ce nouveau rapport, présenté comme un magazine, cherche des idées et moyens innovants d’utiliser les données recueillies dans le rapport épidémiologique qui l’accompagne.

En outre, concernant l’accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien, l’Onusida et l’OMS estiment que, depuis l’avènement des traitements efficaces en 1996, quelque 2,9 millions de vies on pu être sauvées.

En effet, les données du Point sur l’épidémie de Sida montrent qu’à 33,4 millions, [31,1 millions–35,8 millions], le nombre de personnes vivant avec le Vih dans le monde n’a jamais été aussi élevé. Cela s’explique par la prolongation de leur survie, grâce aux effets bénéfiques des thérapies antirétrovirales, et par la croissance démographique. Il faut noter que le nombre de décès dû au Sida a baissé de plus de 10 % ces cinq dernières années, davantage de personnes accédant désormais aux traitements indispensables à leur survie. Ce qui entraîne également une baisse du nombre d’enfants récemment devenus orphelins, cela du fait que leurs parents vivent plus longtemps.

Par ailleurs, le Dr Margaret Chan, directeur général de l’OMS a fait savoir que les investissements internationaux et nationaux pour l’extension des traitements du Vih ont donné des résultats concrets et mesurables. « Nous ne devons surtout pas relâcher l’action et c’est, au contraire, le moment de redoubler d’efforts et de sauver encore beaucoup plus de vies », a-t-il indiqué.

Ce rapport stipule que les thérapies antirétrovirales ont aussi eu un effet significatif pour la prévention des nouvelles infections chez l’enfant. Environ 200 000 nouvelles infections chez l’enfant ont pu être évitées depuis 2001. Cela du fait que le nombre de mères séropositives ont désormais accès au traitement qui leur évite de transmettre le virus à leurs enfants.

LISETTE LUBAMBA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !