Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Publications scientifiques

Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6606 - Juin 2019 - pages 297-311

Contacter Docteur Heman Kabemba Evaluation du respect des mesures d’asepsie en salle d’opération et antibioprophylaxie en milieu rural. A propos d’une cohorte de 42 interventions chirurgicales réalisées à Moba (République Démocratique du Congo)note

Auteurs : H. Kabemba Bukasa, E. Asha Mbuyu, J. Kabondo, G. Alimasi Yuma - Congo-Kinshasa


Résumé

Introduction : La prévention des infections du site opératoire demeure une préoccupation pour tout système de santé. Cette étude avait pour objectif d’évaluer le niveau de respect des mesures d’asepsie au bloc opératoire et la pratique d’antibioprophylaxie chez les opérés.
Méthode : Il s’agit d’une étude observationnelle de cohorte prospective. Elle a été effectuée au service de chirurgie de l’hôpital général de référence de Moba d’avril à juin 2018. Les variables d’étude concernaient les opérés et les chirurgiens. Dans le but de supprimer tout jugement a priori pouvant entraîner les biais de suivi, l’observation était en double aveugle.
Résultats : Quarante-deux interventions chirurgicales avaient été retenues et évaluées chez les patients en majorité de sexe féminin (n = 36 ; 85,7 %), avec un âge moyen de 27 ans. La chirurgie pelvienne a été la plus pratiquée (n = 30 ; 71,4%). Les résultats montrent un écart considérable entre ce qui est fait et ce qui devrait être fait. Il en va de la disposition du bloc opératoire aux fautes d’asepsie (présence des téléphones portables et radiocassette dans la salle d’opération pendant l’intervention chirurgicale ; ports incorrects des bonnets, masques et gants ; gestes non-aseptiques dans l’exécution des actes ; discussions non-utiles, etc…) et à l’antibioprophylaxie à des doses usuelles et uniquement en post-opératoire. La conséquence a été que les infections du site opératoire représentaient 40,5% (n = 17). Néanmoins, pour être complet dans l’amélioration des conditions de travail et de satisfaire nos attentes, ces résultats devraient être corrélés par une étude similaire au service de chirurgie (soins post-opératoires et qualité de stérilité du matériel, hygiène des opérés).
Conclusion : Le risque infectieux en milieu chirurgical constitue une préoccupation à laquelle il faudrait rapidement trouver solution pour inverser la tendance des infections du site opératoire. La solution passe obligatoirement par le respect strict des mesures d’asepsie, l’antibioprophylaxie en pré-opératoire et à double dose lors de son initiation, et les études épidémiologiques sur les infections en chirurgie.

Summary
Assessment of compliance with aseptic measures in the operating room and antibiotic prophylaxis in rural areas: a cohort of forty-two surgeries performed in Moba (DR. of Congo)

Introduction: Prevention of Surgical Site Infections (SSI) remains a public health for any health system. This study aims to evaluate the level of compliance with aseptic measures in the operating room and the practice of antibiotic prophylaxis in operated patients.
Method: This is an observational and prospective cohort study. It was performed at the general referral hospital of Moba from April to June 2018. The variables of study concerned the operated on and the surgeons. In order to eliminate any prior judgment that might lead to follow-up biases, the observation was double-blind.
Results: Forty-two surgical procedures were selected and evaluated in predominantly female patients (n = 36; 85.7%), with a mean age of 27 years. Pelvic surgery was the most commonly performed (n = 30; 71.4%). The results show a considerable difference between what is done and what should be done. The situation of the operating room is not aseptic (the presence of cell phones and radios in the operating room during the surgical procedure, incorrect wearing of hats, masks and gloves, non-aseptic execution of procedures, non-utilitarian discussions, etc.) and antibiotic prophylaxis at usual doses and only post-operatively. The result was that surgical site infections accounted for 40.5% (n = 17). However, to be complete in improving our working conditions and meeting our expectations, these results should be correlated by a study similar to the surgical department (post-operative care and sterility quality of equipment, surgical hygiene).
Conclusion: The risk of infection in the surgical environment is a concern that should be quickly resolved to reverse the trend of surgical site infections. The solution passes obligatory by the strict respect of the measures of asepsis, the antibioprophylaxis in pre-operative and double dose during its initiation, and also the epidemiological studies on the infections in surgery.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 922 fois, téléchargé 7 fois et évalué 1 fois. 1 commentaire a été posté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Retrouvez tous les articles publiés sur Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 66ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

L'abonnement est réservé aux professionnels de santé. Pour les praticiens exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, il peut être pris en charge par APIDPM Santé tropicale. Plus d'informations ici.



Bonjour, vous pouvez acheter cet article à l'unité dans le kiosque APIDPM.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !