L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Docteur Damus Paquin Kouassi

Connaissances, attitudes et pratiques des populations de Bouaké sur la maladie à virus Ebola, Côte d’Ivoire, décembre 2014 note

Auteurs : O. Angbo-Effi, D.P. Kouassi, S.I. Soumahoro, M. Coulibaly, T. Sanoko, G. Yao,N.S. Yéo, Z.M. Coulibay, J.M. Ouaga, D.F. Goua Bi, A.D. KouamE, O. Irika, O. Kra - Côte d'Ivoire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6502 - Février 2018 - pages 85-93


Résumé

Introduction : Dès le début de la crise, le gouvernement ivoirien a pris des mesures conservatoires pour prévenir l’introduction de la maladie dans le pays et lancé un vaste programme d’éducation sanitaire de la population portant principalement sur le mode de transmission et les mesures d’éviction de la maladie. Bouaké, deuxième ville de Côte d’Ivoire au plan démographique avec une population de 680.694 habitants, est une ville carrefour, cosmopolite, lieu d’importants flux migratoires de communautés de la sous-région ouest-africaine. En prélude à la préparation à une éventuelle épidémie, nous menons cette étude sur les connaissances, attitudes et pratiques de la population de Bouaké face à la maladie à virus Ebola.
Population et méthode : Nous avons mené une étude transversale à visée descriptive, du 8 au 28 décembre 2014, qui a permis d’interroger 352 chefs de ménages.
Résultats : Tous (100%) les chefs de ménage avaient déjà entendu parler de la maladie à virus Ebola. La présence de l’affection dans les pays frontaliers à la Côte d’Ivoire a été rapportée par 89,8% (316/352) des sujets. Parmi les voies de transmission de la maladie, 94,32% (332/352) des personnes en ont trouvé au moins une. Outre la transmission de l’animal à l’homme, une transmission interhumaine était également rapportée. Il s’agissait du contact avec les liquides biologiques infectés par le virus Ebola (92,17%) ou d’un contact avec un patient souffrant ou décédé de maladie à virus Ebola (91,48%).
En cas de contamination par la maladie à virus Ebola, les enquêtés se rendraient à l’hôpital (97,2%) et accepteraient l’isolement en milieu hospitalier (90,6%).

Summary
Knowledge attitudes and practices of Bouake populations on the Ebola virus disease, Ivory Coast, December 2014

Introduction: Since the beginning of the Ebola crisis, the Ivorian Government has taken precautionary measures to prevent the introduction of the disease into the country by launching an extensive population health education program focusing on Ebola transmission and prevention measures. Bouake, the second largest city in Côte d'Ivoire with a population of 680.694 inhabitants, is a cosmopolitan city with important migratory flows from communities in the West African sub-region. As a prelude to the
preparation for a possible epidemic, we are conducting this study on the knowledge, attitudes and practices of the Bouake population on the Ebola virus.
Population and method: We carried out a cross-sectional study with descriptive aim, from December 8th to December 28th, 2014. We interviewed 352 heads of households.
Results: All (100%) heads of households had already heard about the Ebola virus. The presence of the disease in countries bordering Côte d'Ivoire was reported by 89.8% (316/352) of the subjects. Among the ways of Ebola virus disease transmission, 94.32% (332/352) of people found at least one. In addition to animal-to-human transmission, human-to-human transmission was also reported. These were contact with biological fluids infected with Ebola virus (92.17%) or contact with a patient suffering or died from Ebola virus disease (91.48%).
In case of contamination by the Ebola virus disease, the respondents would go to the hospital (97.2%) and accept hospital isolation (90.6%).

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 20,00 €

Cet article est actuellement coté note(1,6 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 570 fois, téléchargé 64 fois et évalué 14 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !