L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Docteur Gueyraud Rolland Kipré

Activité antiplasmodiale de Olax subscorpioidea oliv. et Morinda morindoides Bak. Milne-Redh : deux plantes de la pharmacopée ivoiriennenote

Auteurs : G.R. KIPRE, F. GUEDE-GUINA, P. GRELLIER, A.J. DJAMAN - Côte d'Ivoire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5611 - Novembre 2009 - pages 580-584


Résumé

En Côte d’Ivoire, le paludisme constitue 30 à 40 % des états morbides et représente 10 % de toutes les causes de mortalité. Le développement considérable et rapide des résistances aux médicaments usuels tels que la chloroquine nécessite la découverte de nouvelles molécules de sources naturelles efficaces à long terme sur le Plasmodium.
Cette étude présente les résultats de l’utilisation de l’extrait et fractions deux plantes traditionnelles, Olax subscor-pioidea de la famille des Olacaceae et Morinda morindoides de la famille des Rubiaceae, comme antipaludiques. Nous avons ainsi pu constater que :

  1. La culture in vitro de la souche F32, Plasmodium falciparum sensible à la chloroquine, sur milieu RPMI 1640 en présence de l’extrait d’acétate d’éthyle de olsu donne une inhibition de la maturation des trophozoïtes, avec une CI50 moyenne égale à 32,47 ± 0,31 µg/ml, et une CI50 de 6,12 ± 0,27 µg/ml avec l’extrait d’acétate d’éthyle de bgg.
  2. Dans les mêmes conditions de culture les souches chloroquinorésistantes FCB1 et K1 donne respectivement en présence des mêmes extraits d’olsu et bgg une inhibition de la maturation à CI50 moyenne égale à 28,04 ± 0,21 µg/ml et 4,88± 0,87 µg/ml pour FCB1 puis 28,14 ± 1,01 µg/ml et 6,12 ± 0,27 µg/ml pour K1.

Ces résultats permettent d’avancer que les extraits d’acétate d’éthyle de olsu et bgg ont un réel effet et une activité aussi bien sur les souches chloroquinosensibles que les souches chloroquinorésistantes.

Summary
Ant malaria activity of olax subscorpioidea Oliv and morinda morindoides Bak. Milne-Redh two plants of Ivoirian pharmacopeia

In Ivory Coast, the transmission of malaria is permanent with seasonal peaks during which malaria constitutes 30 to 40% of the morbid states and accounts for 10% of all the causes of mortality. The considerable and fast development of resistances to the usual drugs such as chloroquine requires the discovery of new molecules of effective natural sources in the long run on Plasmodium. Our work on the use of the extracts of traditional plants, Olax subscorpioidea (olsu) and Morinda morindoides (bgg), as antimalarial enabled us to note that:

  1. In vitro culture of Plasmodium falciparum strain F32, sensitive to chloroquine, on medium RPMI 1640 in the presence of the ethyl acetate extract of olsu gives an inhibition of the maturation of the trophozoïtes, with an average IC50 equalizes with 32,47 ± 0,31 µg/ml, and a IC50 of 6,12 ± 0,27 µg/ml with the ethyl acetate extract of bgg.
  2. The culture under the same conditions of strains FCB1 and K1, resistant to chloroquine, respectively gives in the presence of the same extracts olsu and bgg an inhibition of maturation with average IC50 equalizes with 28,04 ± 0,21 µg/ml and 4,88± 0,87µg/ml for FCB1 and 28,14 ± 1,01 µg/ml et 6,12 ± 0,27 µg/ml for K1.

These results make it possible to advance that the extract of ethyl acetate of olsu and bgg have a real effect and an activity on P. falciparum strains resistant and sensitive.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(2,7 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 1249 fois, téléchargé 124 fois et évalué 3 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !