L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Les eaux de puits à Pointe Noire (Congo) et ses environs : Qualité physico-chimique et bactériologique. Essai de traitement par chlorationnote

Auteurs : KELEKE S., MARIN VI., HEIB S., HANUS J., LEBEAU M., WOLF R. - Congo-Brazzaville

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5706 - Juin 2010 - pages 329-338


Résumé

Pointe Noire, capitale économique du Congo, connaît comme toutes les grandes villes africaines une urbanisation très rapide, qui n’a pas été accompagnée de la mise en place de structures de distribution d’eau potable. Pour pallier cela, les populations ont recours à l’eau de puits comme eau de consommation. Ces puits dont la profondeur moyenne est de 8 mètres sont très peu aménagés. Les analyses physico-chimiques et bactériologiques qui ont concerné 293 puits sur 597 enquêtés révèlent une pollution chimique moins importante, s’agissant des éléments étudiés. Cette pollution concerne l’ammonium 41,90% des puits, les nitrites 2,73% des puits et les nitrates 29,69% des puits.
La pollution d’origine bactérienne est très importante et presque totale : les eaux de 292 puits sur 293 puits contiennent des bactéries indicatrices de contamination fécale. Les aménagements et les traitements des eaux à base de divers produits réalisés par les populations n’ont pas permis de ramener à des concentrations admissibles, le nombre de germes indicateurs de contamination fécale dans une eau de consommation humaine. Des essais de traitement par chloration, réalisés à petite échelle, en partenariat avec les propriétaires, ont permis de montrer que l’utilisation de l’eau de javel dans le traitement des eaux n’était pas une panacée. Certaines eaux étaient plus difficiles à traiter que d’autres.
Après définition des conditions de chloration réussie, les essais de traitement réalisés par les propriétaires seuls ont montré qu’il était possible de maintenir une eau saine du point de vue bactériologique pendant au moins 60 jours.

Summary

Pointe Noire, is the economic capital of Congo, and like all the large African cities has a very fast urbanization, which was not accompanied by the installation of structures of distribution of drinking water. To overcome this situation, the populations use the well water as water of consumption.
These wells of which average depth is 8 meters are not much equipped. The physicochemical and bacteriological analyses concerning the 293 investigated wells out of 597, reveal a less significant chemical pollution, being the studied elements. This pollution concerns ammonium (41,90% of the wells), the nitrites (2,73% of the wells), and the nitrates (29,69% of the wells). The bacterial origin pollution is very significant and almost total: the waters of 292 wells out of 293 wells contain bacteria which indicate a fecal contamination. Installations and the water treatments containing various products carried out by the populations did not make it possible to bring back to acceptable concentrations the number of indicating germs of fecal contamination in water for human consumption.
Tests of treatment by chlorination, realized at small scale, in partnership with the owners, made it possible to show that the use of bleach in the water treatment was not a panacea. Certain water was more difficult to treat than others.
After definition of the conditions of successful chlorination, the treatment tests carried out by the owners alone showed that it was possible to maintain healthy water from bacteriological angle for at least 60 days.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 991 fois, téléchargé 41 fois et évalué 1 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !