L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Les atteintes oculaires de la nécrolyse épidermique toxique au CHU de Treichvillenote

Auteurs : BONI S, GBE K, KOUASSI KL, TOURE-KONAN ML, KALOGA M, COULIBALY F, FANNY A - Côte d'Ivoire

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5709 - Août/sept. 2010 - pages 401-406


Résumé

La Nécrolyse Epidermique Toxique (NET) est constituée des syndromes de Lyell (SL), de Stevens-Johnson (SSJ) et du syndrome frontière. C’est un accident médicamenteux cutanéo-muqueux rare mais sévère, caractérisée par un clivage dermo-épidermique avec nécrose cutanée.
Nous avons réalisé une étude prospective descriptive et verticale pendant deux ans du 15 janvier 2007 au 14 janvier 2009 dans les services d’ophtalmologie et de dermatologie du CHU de Treichville à Abidjan. Le but de cette étude était d’identifier les paramètres épidémiologiques et cliniques de base de la NET, et de décrire ses manifestations ophtalmologiques.
Vingt et un patients on été inclus dans cette étude dont 47,61% de séropositif au HIV. Les médicaments incriminés étaient le cotrimoxazole, les traitements antirétroviraux (ARV), la sulfadoxine. Le prurit oculaire était le premier symptôme observé dans 85,71% des cas avec un délai moyen d’apparition de 2,71 jours. Après un an d’évolution les séquelles oculaires étaient observées chez 57,14% des patients.
L’augmentation de la prévalence du SIDA et l’utilisation des antirétroviraux, l’usage des sulfamides pour la prophylaxie et le traitement des infections opportunistes, l’efficacité des sulfamides retard (sulfadoxine) dans la prévention et le traitement du paludisme sont susceptibles d’augmenter l’incidence de la NET et de ses complications oculaires en Afrique noire. Les patients sous traitement à risque de NET doivent être sensibilisés à consulter les urgences dès l’apparition d’un prurit oculaire avant la survenue des signes cutanés pour une prise en charge précoce.

Summary
Attacks of toxic epidermal necrolysis (TEN) at UHC of Treichville

The Lyell Syndrome (LS), the Stevens-Johnson Syndrome (SJS), and the Frontier Syndrome constitute the toxic epidermal necrolysis (TEN). This is a cutaneo-mucous medical accident which is rare but severe characterized by a dermo-epidermal split with the cutaneous necrosis.
A descriptive prospective and vertical study has been realised for two years from January, 15th, 2007 to January, 14th, 2009 at the ophthalmology and dermatology departments of the UHC of Treichville in Abidjan. The objective of this study was to identify the epidermiological and clinical parameters of TEN basis and to describe its ophtalmological manifestations.
In that study, twenty-one patients have been selected. Among them, 47.67 per cent are HIV positive patients. The incriminated medicines were cotrimoxazol, antiretroviral treatments and sulfadoxin. The ocular pruritus was the first symptom observed in 85.71 per cent of cases with a medium deadline of appearance rated at 2.71 days. After a year of evolution, the ocular sequels have been observed among 57.14 per cent of patients. The AIDS prevalence increase and the use of antiretroviral, the usage of sulphamides for prophylaxis and the treatment of the opportunist diseases, the efficiency of retard sulphamides (sulphadoxin) in the prevention and treatment of malaria are susceptible of increasing the TEN incidence and its ocular complications in Black Africa.
TEN patients under risky treatments must be sensitized to consult the emergencies when an ocular pruritus appears before the coming out of the cutaneous signs. It will allow them to be taken in charge earlier.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(2,5 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 1319 fois, téléchargé 59 fois et évalué 2 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !