L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Professeur Richard Norbert Ngbale

Evolution des ruptures utérines à la maternité de l’hôpital communautaire de Banguinote

Auteurs : R.N. Ngbale, C.E. Gaunefet, A. Koirokpi, N.M.J. Goddot/Nangouma, K.G. Koe, T. Songo-Kette, L.S. Heredeibona, E. Serdouma, A. Sepou - Centrafrique

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 5902 - Février 2012 - pages 65-69


Résumé

La rupture utérine est une catastrophe obstétricale devenue exceptionnelle dans les pays développés. En Centrafrique, la rupture utérine reste encore une des préoccupations de l’obstétricien. Plus de 10 ans après une étude réalisée à la maternité de l’Hôpital Communautaire de Bangui (HCB) sur la rupture utérine, il nous a paru nécessaire d’évaluer l’évolution de ces problèmes pour mener des actions visant davantage leur réduction.
Nous avons effectué une étude rétrospective allant du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2010, portant sur les ruptures utérines survenues à la maternité de référence de l’HCB. Les données étaient collectées et analysées à partir des fiches d’enquêtes conçues pour la circonstance.
Nous avons colligé 112 cas de ruptures utérines pour 39.514 accouchements (0,3%) et 2.873 césariennes (3,9%). La moyenne d’âge des patientes était de 28,3 ± 2 ans. La parité moyenne était de 3,4 ± 1. Les multipares étaient les plus représentées (56,3%).
Un temps d’attente avant l’intervention de plus de deux heures était retrouvé dans 15,2% de cas. Le diagnostic de la rupture était fait dans 60,6% des cas pendant le travail d’accouchement. Par rapport à la létalité materno-foetale, nous avons dénombré 52 décès maternels dont 24 décès étaient survenus après une rupture utérine soit 46%. Le taux de décès parmi les patientes qui avaient présenté une rupture utérine était de 21,4%. La fréquence des ruptures utérines a baissé au cours de ces 13 ans mais, les facteurs de risque persistent. Des actions doivent être menées dans ce sens en vue de la réduction de la mortalité materno-foetale.

Summary

Uterine rupture is an obstetric catastrophe that became exceptional in developed countries. In Central African Republic, uterine rupture remains a concern of the obstetrician. More than 10 years after a study carried out at the Community Hospital of Bangui (HCB) maternity on uterine rupture, it seemed necessary to evaluate the evolution of these problems to carry out further actions for their reduction.
We conducted a retrospective study from January 1st, 2006 to December 31th, 2010, bearing on the uterine ruptures in the reference maternity of the HCB. The data were collected and analyzed from the fact sheets surveys designed for the occasion. We have compiled 112 cases of uterine ruptures for 39.514 deliveries (0.3%) and 2.873 cesareans (3.9%). The average age of the patients was 28.3 ± 2 years. The average parity was 3.4 ± 1. The multiparous were the most represented (56.3%).
A waiting time before the intervention of more than two hours was found in 15.2% of cases. The diagnosis of the rupture was made in 60.6% of the cases during labour. From maternal-fetal lethality, we had counted 52 maternal deaths with 24 deaths occurred after uterine rupture or 46%. The rate of deaths among patients who had a uterine rupture was 21.4%. The frequency of uterine ruptures declined during these 13 years but, risk factors persist. Actions should be carried out in this direction to the reduction of the materno-fetal mortality.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(1,5 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 1725 fois, téléchargé 121 fois et évalué 2 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !