L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Médecine d'Afrique Noire


English version English version

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique noire
1ère revue médicale internationale panafricaine francophone

Pour les professionnels de santé exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement électronique peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.

Recherche d'articles publiés dans Médecine d'Afrique noire

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Aspects épidémiologiques et cliniques de l’ulcère de Buruli dans un centre de dépistage et de traitement au Bénin. A propos de trois années d’activitésnote

Auteurs : S. A. Allode, M. A. Hodonou, G. Gbessi, E. A. D. Mensah, A. Hans-Moevi, J. L. Olory-Togbe, H. A. O. Dandjlessa, J. Aguiar - Bénin

Publié dans Médecine d'Afrique Noire - N° 6003 - Mars 2013 - pages 139-144


Résumé

Introduction : L'ulcère de Buruli (BU) est une infection tropicale négligée due à Mycobacterium ulcerans. Au Bénin en 2006, 7000 cas de cas ont été recensés. Le centre nutritionnel et sanitaire Gbêmontin de Zagnanado où a été effectué l'étude est l'un des centres spécialisés dans le dépistage et le traitement de ladite infection au centre du Bénin. Cette étude fait le point sur trois années d'activités diagnostiques en matière d'ulcère de Buruli.
Objectif : L'objectif était de décrire les aspects épidémiologiques et cliniques de l'ulcère de Buruli au CNSGZ. Patients et méthodes : Il s'agissait d'une étude rétrospective descriptive et analytique sur trois ans du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2008. Elle prenait en compte tous les patients reçus dans la période sus-indiquée pour une lésion dont la confirmation d'UB a été donnée par l'un au moins des trois examens biologiques (coloration de Ziehl Nielson, PCR et culture).
Résutats : Ce travail ayant porté sur 305 malades donne les résultats suivants : au plan épidémiologique, il s'agissait de 160 (52,5%) patients de sexe masculin pour 145 (47,5%) cas féminins. La maladie sévissait chez les jeunes avec une moyenne d'âge de 25,1 ans pour des extrêmes de 1 an et de 80 ans. Les élèves et les cultivateurs étaient les plus atteints (41,3% et 32,8% respectivement). Les malades provenaient de la région d'Agonlin dans 35,7% des cas et du département de l'Ouémé et Plateau dans 27,9% des cas. Les malades dans 83% des cas affirmaient fréquenter régulièrement des cours d'eau. Ils étaient 210 (69%) à faire d'automédication et 124 (41%) à recevoir une thérapie traditionnelle avant la consultation au centre spécialisé. Le délai moyen d'admission était de 1,02 an avec des extrêmes de 7 jours à 20 ans. Au plan clinique, la lésion élémentaire la plus rencontrée était la plaque dans 160 (52,45%) cas. Quelles que soient les lésions élémentaires, 59% des malades étaient vus au stade d'ulcère. Le siège de prédilection des lésions étaient les membres (90,2%) avec plus des deux des cas aux seuls membres pelviens. Quatre-vingt douze (30%) malades avaient une incapacité fonctionnelle. La fièvre était le signe associé le plus fréquent dans 11% des cas. La douleur n'était rencontrée que dans 9% des cas. Sur le plan paraclinique, tous les patients avaient bénéficié de trois examens biologiques dont l'un au moins positif confirmait le diagnostic. Le PCR, le plus sensible était positif dans 89% des cas et la culture, la moins sensible était positive dans 29,5% des cas.
Conclusion : Le patient atteint de l'UB au CNSGZ est souvent un jeune élève ou cultivateur de la localité, qui ne consulte qu'après l'échec de l'automédication ou du traitement traditionnel, lorsque la lésion est déjà ulcérée. La sensibilisation est nécessaire pour que les patients consultent plus tôt, avant l'ulcération, pour faciliter la prise en charge et réduire les lourdes séquelles post thérapeutiques.

Summary
Epidemiology and clinic of Buruli ulcer in a screening and treatment centre of Benin republic : about three years activities

Introduction: The Buruli Ulcer (BU) is a cutaneous infection disease due to Mycobacterium ulcerans. In Benin Republic, 7000 persons were declared affected by BU in 2006. The Nutritional and Sanitary Center Gbêmontin of Zagnanado (NSCGZ) is one of the centres specialized in the diagnosis and treatment of this disease in the centre of Benin. This study aims to evaluate the diagnose activity through 3 years, from 2006 to 2008.
Objective: The authors want to determine the epidemiological and clinical aspects of BU in CNSGZ. Methods : It was a retrospective, analytic and descriptive study from 1srt January 2006 to 31st December 2008. Were included patients presenting a lesion confirmed as BU by at least one of three tests : Ziehl-Nielson coloration, PCR or culture.
Results: This study involved 305 BU patients including 160 males (52,5%) and 145 females (47,5%) female. The average age was 25,1 year-old with extremes of 1 and 80 years. 41,3% of the patients were in primary and secondary school, and 32,8% were farmers. In 35,7% cases, the patients came from Agonlin area, and 27,9% from Oueme and Plateau department, near Agonlin. 83% worked into rivers or had regularly rivers frequentations. Before coming at the CNSGZ, 69% took self-medication, 41% got phytotherapy. The average duration of admission in the centre was 1,02 year with extremes of 7 days to 20 years ; the lesion set in the limbs in 90,2% of the cases and more than 60% in the lower limb. The plaque was the more frequent elementary lesion with 52,45%. 59% of the lesions were seen in ulcer level. Functional impotence was present in the limb in 30% of the cases, but only 9% of the patients had pains. Three biological tests were done to each patient for confirmation and the PCR was positve in 89% of the cases ; the culture was less sensible with 29,5% of positive tests.
Conclusion: The BU patient of CNSGZ is often a young student or farmer from the locality who consult only after after failure of the self-medication or traditional treatment, when the lesion is already ulcerated. Health education is necessary to see earlier patients, before ulceration and to facilitate management and reduce important post therapeutic sequela.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(3,8 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire électronique. Il a été consulté 1738 fois, téléchargé 136 fois et évalué 5 fois.

Retour


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 64ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

Consultez nos offres d'abonnements

Pour les professionnels de santé et les étudiants en Médecine exerçant ou étudiant en Afrique de l'ouest et du centre, l'abonnement peut être pris en charge par APIDPM. Plus d'informations ici.




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !