L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Odonto-Stomatologie Tropicale - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Odonto-Stomatologie Tropicale destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 104 €




Accueil > Le kiosque de Santé tropicale - Odonto-Stomatologie Tropicale


English version English version

Odonto-stomatologie Tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - 39ème annéeOdonto-Stomatologie Tropicale
1ère revue dentaire internationale panafricaine


Recherche d'articles publiés dans Odonto-Stomatologie Tropicale

Par année de publication / Par critères / Dernier numéro paru



Hygiène et méthodes de décontamination, désinfection, stérilisation en cabinet dentaire à Yaoundénote

Auteurs : . ONANA, A. NGONGANG - Cameroun

Publié dans Odonto-Stomatologie Tropicale - N° 97 - Mars 2002 - 45-51


Résumé

L'hygiène et l'asepsie au cabinet dentaire relèvent de l'éthique médicale et de l'obligation légale. L'enquête réalisée avec la participation de 33 praticiens sur les 42 exerçant à Yaoundé permet d'appréhender la réalité de l'hygiène au quotidien. Les modalités de nettoyage, de décontamination, de désinfection ou de stérilisation des locaux, de l'équipement dentaire et de l'instrumentation, le lavage des mains, l'utilisation du matériel à usage unique, et la protection vaccinale des praticiens ont été analysés.
Le nettoyage des sols et des paillasses est quotidien (100 %) ; la désinfection est quotidienne dans 83 % des services et le nettoyage des murs quotidien dans 67 % des services. Dans tous les centres, le nettoyage ou la désinfection du fauteuil dentaire est journalier et se fait avec du savon (23 %) et /ou de l'eau de Javel (56 %). Le nettoyage ou la désinfection de l'aspiration se fait avec du savon (24 %) ou de l'eau de Javel (47 %). Les pièces à main et les turbines sont nettoyées et /ou désinfectées après chaque utilisation (94 %) avec de l'alcool ( 17%) ou de l'eau de Javel (32 %) et stérilisés dans 33 % de centres. L'instrumentation est stérilisée avec un poupinel (45 %), un autoclave (40 %), ou désinfectée à froid (15 %). La fréquence de traitement de l'instrumentation bien respectée (83 %). Cependant les produits utilisés sont très variés et ne sont pas toujours utilisés dans l'ordre préconisé. Le lavage des mains est systématique entre chaque patient ; 50 % des praticiens utilisent des savons en pain ou en poudre et 50 % une solution antiseptique ou désinfectante.
S'agissant de la couverture vaccinale, seules 3 praticiens étaient correctement vaccinés contre l'hépatite B, le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite et la tuberculose. S'agissant de la protection des praticiens, 72 % ne portent pas de calot ; 56 % ne portent pas de lunettes ;40 % ne portent pas de masque ; 95 % n'utilisent pas de digue ; 56 % ne décontaminent pas les films radio et 37% ne décontaminent pas les empreintes ; la tenue vestimentaire habituelle consiste en une blouse sur vêtements de ville (78 %) et des chaussures de ville (90 %).
Les déchets sont incinérés dans 35 % des centres. Une meilleure connaissance des différentes étapes (nettoyage, décontamination, désinfection ou stérilisation) et des produits utilisés, le respect absolu de l'usage unique du matériel, une protection vaccinale optimale et l'élaboration de protocoles écrits et affichés dans les services sont des points fondamentaux pour des soins de qualité. En effet, la négligence et l'ignorance des règles d'hygiène et d'asepsie ne doivent plus faire partie intégrante de l'aléa thérapeutique dans les services dentaires.

Summary

Hygiene and asepsis of the dental office depend on medical ethics and legal obligation. The survey done with the participation of 33 practitioners over the 42 practicing in Yaounde allows apprehending the reality of the daily hygiene. The ways of cleaning, decontamination, disinfection or of sterilization of the premises, the dental equipment and instruments, handwashing, disposable materials and the vaccination protection of the practitioners were analyzed. The cleaning of the floor and door mats is daily (100%) ; disinfection is done daily in 83% of the departments in all of the centers.
The cleaning and disinfection of the dental chair is daily and is done using soap (23 %) and/ or bleaching-water (56 %). Cleaning or disinfection of the suction machine is done with soap (24 %) or with bleaching-water (47%). The hand-pieces and the turbines are cleaned and/or disinfected after each usage in (94 %) with alcohol (17 %) or with bleaching-water (32 %) and sterilized with a «poupinel» (45 %), an autoclave (40 %) or cold disinfected (15 %). The frequency of the treatment of the instruments is well-respected (83 %). Nevertheless the products used are very varied and are not always used in the prescribed order.
Hand-washing is systematic after each patient ; 50 % of the practitioners use soap bars or powered soap and 50 % use an antiseptic or a disinfectant solutions. With the regard to the vaccination, only 3 practitioners were properly vaccinated against hepatitis B, tetanus, diphtheria, poliomyelitis and tuberculosis. With regard to the protection of the practitioners, 72 % do not wear caps, 56 % do not wear eyeglasses, 40% do not wear masks, 95 % do not use rubber dams, 56 % do not disinfect the radiographic films and 37 % do not disinfect the impressions ; the habitual attire consists of a smock worn over street clothes (78 %) and street shoes (90 %). The debris is burnt in 35 % of the centers.
Better knowledge of the different stages (cleaning, decontamination, disinfection or sterilization and the products used, absolute respect of the disposable materials, optimal vaccination protection and the elaboration of the correct procedures written and posted up in the different departments are fundamental points for quality treatment. As a matter of fact, negligence and ignorance of the rules of hygiene and asepsis should not be part and parcel of the therapeutic hazard in the dental department.

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Cet article est actuellement coté note(1,0 étoiles) par les abonnés de Odonto-Stomatologie Tropicale électronique. Il a été consulté 1216 fois, téléchargé 12 fois et évalué 1 fois.

Retour


Abonnez-vous à Odonto-Stomatologie Tropicale électronique

Odonto-stomatologie Tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - 39ème annéeOdonto-Stomatologie Tropicale est éditée régulièrement depuis 1978. Cette revue bilingue et trimestrielle a pour mission de permettre les échanges et le dialogue entre praticiens de tous pays. Ses auteurs exercent dans des pays de zone tropicale et en voie de développement. Ils publient le fruit de leurs études, de leurs expériences et montrent une « autre » facette de l'art dentaire, la leur. Odonto-Stomatologie Tropicale est lue dans de 70 pays et figure dans un nombre considérable de bibliothèques d'universités et services d'Odonto-stomatologie à travers le monde.

Consultez nos offres d'abonnements




Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !