Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Dossier SIDA

Programme national de lutte contre le VIH/SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles

Le Gouvernement de l'Algérie, a mis en place le Programme National de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (PNL/MST/SIDA) qui est l'ensemble des dispositions stratégiques, des ressources et des structures dont le pays s'est dotées pour enrayer la progression de ces maladies dans le cadre de la politique sanitaire en vigueur.

Objectifs et actions prioritaires

Le Programme se fixe trois objectifs :

  • Prévenir la transmission du VIH
  • Réduire l'impact individuel et familial de l'infection à VIH
  • Réduire l'impact du SIDA sur les dépenses de la santé.

Les actions prioritaires à mettre en oeuvre pour atteindre ces objectifs sont :

  • la promotion de comportements sexuels à moindre risque par l'éducation et l'information des jeunes en milieu scolaire et non scolaire, des hommes et des femmes en milieu professionnel et surtout des personnes concernées par la prostitution
  • la facilitation de l'accès aux préservatifs (coût et circuit de distribution)
  • la garantie du diagnostic et du traitement précoce des MST
  • L'organisation et renforcement à l'accès aux conseils et au dépistage volontaire du VIH
  • le développement de l'accès aux services de la planification familiale
  • la garantie de la sécurité transfusionnelle sur tout le territoire national
  • le contrôle du respect des conditions d'asepsie et de stérilisation
  • la garantie de l'accès aux services de santé aux séropositifs et des malades du SIDA
  • la promotion de l'accès aux services sociaux pour les séropositifs, les malades et leurs familles
  • la réorientation des dépenses publiques pour appuyer le budget de la santé et garantir le financement des activités d'éducation sanitaire développées par les autres départements
  • le développement de la solidarité en faveur des personnes atteintes du SIDA et de leurs familles.
Principales réalisations du programme :

Le Programme National de lutte contre les MST/SIDA a débuté en 1988 en collaboration avec l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Les principales phases sont :

1988 : élaboration du premier programme à court terme de lutte contre les MST/SIDA, en collaboration avec l'O.M.S. visant les mesures d'urgence (contrôle du sang, formation, etc.…).

1989 : création d'un Comité National de lutte contre les MST/SIDA et la mise en place d'un laboratoire National de Référence.

1990 : élaboration d'un premier Programme à Moyen Terme de Lutte contre les MST/SIDA (PMT1), couvrant la période 1991-1993, suivi d'un programme intermédiaire pour la période 1994-1995.

1994 : organisation d'un Atelier National de Consensus regroupant quarante quatre (44) cadres nationaux appartenant à dix sept départements ministériels et trois Organisations non Gouvernementales (ONG) Nationales, coordonné par le Ministère de la Santé et de la Population (MSP).

1995 :

  • création de l'Agence Nationale du Sang chargée de toute la sécurité transfusionnelle au niveau national
  • Elaboration du deuxième plan à moyen terme (PMT2), suite à l'Atelier National de Consensus.
    Dix sept Ministères Chefs de file et trois Associations nationales ont élaboré des plans sectoriels avec l'appui de la Direction de la Prévention du MSP. Les Ministères impliqués dans l'élaboration du PMT2 couvrant la période 1995-1999 sont : les Ministères chargés respectivement, de la Santé et de la Population, de la Jeunesse et des Sports, de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, du Travail et Affaires Sociales, de la Communication et de la Culture, du Tourisme, des Transports, de l'Intérieur, de la Défense Nationale, des Affaires Religieuses, de l'Industrie et de l'Energie, des PTT et de la Justice. Le Ministère des Affaires étrangères a rejoint récemment le Comité.

1996/1997 :

  • Décentralisation effective des activités de lutte contre les MST/SIDA avec une approche multisectorielle : 250 personnes ressources réparties à travers tout le territoire national ont été formées en matière de planification et gestion des activités de lutte contre le SIDA et les MST ainsi que la formation du personnel de santé exerçant en milieu carcéral
  • Développement des actions d'information, éducation et communication avec les autres secteurs et leur participation effective à l'organisation de la journée mondiale SIDA 1996/1997
  • Mise en place du Groupe Thématique ONUSIDA, et mise en oeuvre d'un Programme de Coopération Algérie/ONUSIDA couvrant la période 1996/1997
  • Création de quatre centres de référence VIH/SIDA par décision du Ministère de la Santé et de la Population, dont les missions sont la prise en charge et le suivi des séropositifs et des malades sur le plan biologique, clinique, thérapeutique, psychosocial, la gestion des moyens diagnostiques, thérapeutiques, la formation des personnels de santé.
    Par ailleurs, l'apparition de la tri thérapie nécessite une gestion globale du problème par des équipes très spécialisées d'où l'importance de la création des centres de référence. Intégration du thème MST/SIDA dans le programme de formation des médecins du téléphone 115 (téléphone vert du MSP) et programmation de la formation pour le personnel du 116 (téléphone vert du Ministère de la Jeunesse et des Sports)
  • Intégration de la prise en charge des MST dans les soins de santé de base (organisation de plusieurs cours nationaux sur les MST)
  • Création de comités de wilayas de lutte contre les MST/SIDA regroupant les personnes ressources formées (santé, autres secteurs, associations)
  • Des séminaires de formation destinés au mouvement associatif se sont tenus à partir de décembre 1997 (30 personnes ressources à chaque fois)
  • Préparation de la réunion de mobilisation des ressources. Téléphone vert de l'établissement hospitalier spécialisé de maladies infectieuses: Laidli Fliçi
  • Communication du Ministre de la Santé au Conseil du Gouvernement le 28 novembre 1999, portant sur le Programme multisectoriel contre les MST/SIDA et son adoption.

1998/1999 :

  • Renforcement et le développement des activités d'information, éducation, communication avec une implication plus grande des autres secteurs.
  • Disponibilité des préservatifs sur le plan coût et amélioration du circuit de distribution
  • Organisation du dépistage volontaire anonyme et gratuit
  • Poursuite du processus de décentralisation mis en œuvre depuis 1996 et la régionalisation du programme MST/SIDA
  • Renforcement de l'implication du Mouvement Associatif
  • Opérationnalité et renforcement des centres de référence VIH/SIDA pour la prise en charge thérapeutique et psychosociale. La planification stratégique et le développement d'actions spécifiques concernant certaines régions cibles comme Tamanrasset et les régions à forte migration
  • Amélioration de la surveillance épidémiologique (mise en place des sites sentinelles de séro-surveillance VIH).
Gestion et coordination du programme

Elles sont assurées par:

  • Au niveau central, la Direction de la Prévention du MSP et le Comité National de lutte contre les MST/SIDA, composé des professionnels de la santé, des représentants des différents Ministères impliqués dans la lutte contre le SIDA et des associations à caractère national
  • Au niveau des Wilayas, le service de prévention des Directions de santé de population et les Comités de Wilayas de lutte contre le SIDA dont la composition est multisectorielle.
Financement du Programme de lutte contre les MST/SIDA

Les activités de lutte contre les MST/SIDA sont financées actuellement en grande partie par le Ministère de la Santé et de la Population : sécurité transfusionnelle, prise en charge des MST, prise en charge des séropositifs et malades de SIDA, formation du personnel. Les autres secteurs ont commencé ces deux dernières années à financer leurs activités d'information, d'éducation et de communication. L'O.M.S. et l'ONUSIDA ont contribué aux financements de certaines activités.

Le financement du programme SIDA doit faire appel à tous les secteurs impliqués, au secteur privé et aux partenaires internationaux. Une réunion de mobilisation de ressource était prévue en 1998.

Sur le plan international, l'ONUSIDA qui regroupe les six agences des Nations Unies (PNUD, O.M.S., UNICEF, FNUAP, Banque Mondiale et PNUD), représente l'ambassadeur de la lutte contre le SIDA dans le monde.

L'ONUSIDA est représentée en Algérie par le Groupe Thématique (Représentant des différentes Agences), dont le rôle principal est le plaidoyer, la mobilisation des ressources nationales et surtout internationales.

Evaluation du Programme et mise en œuvre du Processus de Planification Stratégique

Une évaluation externe du processus du deuxième Plan à moyen Terme (PMT2), a relevé un certain nombre d'acquis et de carences: Programme du Gouvernement prenant en charge l'épidémie, engagement du Ministère des Affaires Religieuses dans ce programme, ce qui a participé à casser le tabou entourant la maladie, prise de conscience de l'existence du SIDA et des possibilités de prévention et de soins ; insuffisance dans la conception et dans la mobilisation des ressources, faiblesse dans le processus de coordination, caractère parcellaire dans la mise en oeuvre et l'absence de suivi. Après le deuxième programme de lutte (PMT2) arrivé à son terme,, il est prévu l'élaboration du processus de planification stratégique 2001-2005, qui doit se réaliser en quatre étapes :

  • Analyse de la situation
  • Analyse de la réponse
  • Formulation d'un plan stratégique
  • Plan opérationnel, mise en œuvre et mobilisation des ressources

Pr. EG. FARES Chef de Programme contre les MST/SIDA
Pr. Y. MEHDI Président du Comité National de Lutte contre les MST/SIDA et Doyen de la Faculté de Médecine d'Alger

Communication transmise le 20 Juillet 2001, par le professeur Larbi ABID,
abid@santemaghreb.com

 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.