Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Docteur Samba Cor Sarr : « Il faut que les gens travaillent pour que les communautés soient elles-mêmes des actrices de santé, des producteur de service » - 06/07/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Selon le coordonnateur du comité scientifique du quatrième Salon international de la Santé et Matériel médical de Dakar (Sysdak), «Il faut que les gens travaillent pour que les communautés soient elles-mêmes des actrices de santé, des producteur de service». Le chef de la Division Recherche au ministère de la Santé et de l’Action sociale et par ailleurs coordonnateur du comité scientifique du quatrième Salon international de la Santé et Matériel médical de Dakar (Sisdak), le docteur Samba Cor Sarr, estime qu’«il faut que les gens travaillent pour que les communautés soient elles-mêmes des actrices de santé, des productrices de service».

Il réagissait à la suite de la conférence inaugurale portant sur le thème «La responsabilisation de la communauté dans la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles», présenté par le professeur Anta Tal Dia, organisée dans le cadre du quatrième Sisdak qui se tient au Cices du 05 au 08 juillet 2012 à Dakar.

A l’en croire, «tant qu’on ne met pas la population au cœur de la lutte contre la maladie, on mettra du temps pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (Omd)». Pour lui, depuis la déclaration d’Alma-Ata de 1978 portant sur la santé primaire, cette préoccupation qui avait été soulevée reste toujours actuelle. Il estime que, comme les compétences transférées, cette responsabilisation doit se faire.

De son point de vue, dans la lutte contre les maladies tropicales négligées, il est possible, en responsabilisant la communauté, d’avoir de meilleurs résultats. En exemple, il a donné le cas de la distribution des molécules qui est passé de 100.000 à 7.000.000 d’unités, grâce à la responsabilisation des populations. En termes de nécessité de responsabilisation de la communauté, M. Sarr estime qu’il est possible d’avoir des résultats extraordinaires dans la prise en charge des maladies transmissibles, en renforçant la capacité les populations. Par ailleurs, M. Samba Cor Sarr invite les populations à venir visiter le salon et échanger avec les professionnels afin de mieux s’imprégner des questions de santé. Selon M. Sarr, le salon a enregistré la présence de plusieurs professionnels venant d’Espagne, de la France, d’Haïti et des quatre facultés de médecine du Sénégal.

Eugène KALY, Aly Diouf (textes) - Ndèye Seyni Samb (photos)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !