Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les mutilations génitales féminines : l'Unfpa et l'Unicef appellent à intensifier les efforts contre l’excision - 09/02/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Comme à l’accoutumée, la journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines a été célébrée, le 6 février, partout dans le monde. De nos jours, il y a moins de filles qui sont soumises à la pratique de la Coupure/mutilation génitale féminine (C/mgf). Toutefois, l’Unicef et le Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) appellent à intensifier les efforts contre cette pratique, selon un communiqué.

Depuis longtemps, la gent féminine, en particulier les filles africaines, était victime de mutilations génitales. Force est de constater que nombre de jeunes filles ou de femmes ont subi et subissent encore les méfaits de cette pratique traditionnelle. Cependant, depuis quelques temps, grâce aux multiples sensibilisations menées par certains organismes, notamment le Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), il y a un recul considérable de cette pratique à l’échelle mondiale, renseigne un communiqué transmis à notre rédaction.

Les données montrent que la Mutilation génitale féminine (Mgf) devient, dans l'ensemble, moins répandue et que la jeune génération est moins exposée à cette pratique. En effet, dans les 29 pays de l'Afrique et du Moyen-Orient où elle est concentrée, 36% des filles âgées de 15 à 19 ans l'ont subie en moyenne, contre environ 53% des femmes âgées de 45 à 49 ans. Le recul est particulièrement marqué dans certains pays, notamment au Kenya où les femmes âgées de 45 à 49 ans ayant subi l’excision sont trois fois plus nombreuses que les filles âgées de 15 à 19 ans. « Ce progrès montre qu'il est possible d'éliminer la coupure/mutilation génitale féminine », a déclaré le directeur général de l'Unicef, Anthony Lake. Il ajoute également : « C’est un mal absolu, nous pouvons et devons l'éliminer pour aider des millions de filles et de femmes à jouir d'une meilleure santé », relève-t-on dans le communiqué.

Selon de récentes évaluations de l'Unicef, au moins 120 millions de filles et de femmes ont subi la C/Mgf dans les 29 pays en question. Il s’agit donc de prévenir, car les tendances actuelles montrent que non moins de 30 millions de filles âgées de moins de 15 ans peuvent y être encore exposées. C’est pourquoi, l’Unfpa et l'Unicef travaillent davantage pour empêcher que les filles et les futures générations ne soient exposées à cette pratique de mutilation génitale. Le directeur exécutif de l’Unfpa, Dr Babatunde Osotimehin, indique que « les femmes et les filles ayant accédé à l'autonomie sont celles qui briseront le cycle de la discrimination et de la violence et assureront la promotion et la protection des droits fondamentaux, notamment la santé sexuelle et procréative et les droits en matière de procréation ». À cet effet, collaborant avec les gouvernements et la société civile, l'Unfpa et l'Unicef ont appliqué avec succès une approche fondée sur les droits fondamentaux et sensible aux valeurs culturelles pour éliminer la C/mgf.

Briser le cycle de la discrimination

Les nouvelles évaluations font suite à l'adoption unanime d'une résolution par l'Assemblée générale de l'Onu, en décembre 2012, appelant les Etats membres à intensifier leurs efforts vers l'élimination complète de la C/Mgf. Depuis 2008, année où le Programme commun Unfpa-Unicef sur cette pratique a été établi, près de 10.000 communautés réparties entre 15 pays, représentant environ 8 millions de personnes, ont renoncé à la pratique. Mieux, l'an dernier, 1775 communautés au total dans toute l'Afrique ont pris l'engagement public d'éliminer cette pratique.

De nos jours, même dans les pays à forte prévalence, les attitudes à l'égard de la pratique sont en train de changer. En Egypte où environ 90% des filles et des femmes ont subie la Mutilation génitale, le pourcentage des femmes âgées de 15 à 49 ans qui ont été mariées et qui pensent qu'il faudrait en finir avec la C/Mgf a plus que doublé, car passant de 13% à 28% entre 1995 et 2008.

Les Directeurs de l’Unfpa et de l’Unicef ont noté que, si la volonté politique exprimée dans la résolution de l'Assemblée générale se traduisait en investissements concrets, la C/Mgf, une grave violation des droits des filles et des femmes, pourrait devenir un vestige du passé. Ils ont, en effet, fait écho de l'appel lancé dans la résolution pour une approche coordonnée qui promet un changement social positif aux niveaux communautaire, national, régional et mondial.

Ibrahima KANDE (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !