Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Mauritanie, Niger, Tchad et Mali : Une étude révèle que les femmes utilisent peu les services de planification familiale - 01/03/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une étude socio-anthropologique sur les déterminants liés à la santé de la mère et du nouveau-né réalisée par la Croix-Rouge française en Mauritanie, au Mali, au Niger et au Tchad montre que le taux de mortalité maternelle et infantile reste élevé dans ces pays à cause d'une faible utilisation des services de planification familiale et d'un mauvais suivi de la grossesse.

L'Agence française de développement (Afd) a constaté dans certains pays du Sahel comme la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad des taux inquiétants de mortalité maternelle et infantile, malgré les actions engagées par les différents Etats. Au Tchad, par exemple, il y a 1200 cas de décès sur 100.000 naissances vivantes. Ce constat a été fait après une étude socio-anthropologique sur les déterminants socioculturels liés à la santé de la mère et du nouveau-né dans les 4 pays du Sahel concernés.

Réalisée par la Croix rouge française, cette étude financée par l'Agence française de développement (Afd) a duré quatre mois. Elle a permis aux enquêteurs de constater que les femmes des pays ciblés utilisent peu les services de planification familiale et n'accordent pas beaucoup d'attention au nouveau-né durant les premiers jours qui suivent la naissance. L'Afd qui s'est engagée à financer la mise en œuvre du programme d'amélioration de l'offre et de la demande de services de santé maternelle et néonatale dans ces pays a organisé, le 27 février 2013, à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, un atelier de restitution des résultats de cette étude. Les conclusions montrent que, dans ces pays, les besoins de services de santé maternelle et néonatale sont exprimés par les femmes et leur entourage, aussi bien pour la planification familiale que pour le suivi de la grossesse et l'accouchement. Malheureusement, la couverture sanitaire reste encore très faible et l'offre de soins connait des dysfonctionnements dans ces pays. Pis, « elle n'est pas adaptée aux attentes des femmes, ce qui crée de nombreux besoins non satisfaits », a lancé le présentateur de l'étude, Dr Sylvain Landry Faye, socio-anthropologue et enseignant-chercheur à l'Ucad.

Recommandations

« Avec cette étude, nous avons essayé de voir quelles ont été les causes de ce faible taux d'utilisation des services de la santé la mère et qu'est-ce que nous pouvons faire. À l'issue de notre enquête, nous nous sommes rendus compte que les femmes n'utilisent pas les services de la santé maternelle, à cause des constructions socioculturelles qui renvoient au mode de perception et de représentation structurant à la fois les questions de fécondité, de grossesse, de suivi post-natal et les questions de l'excision », a expliqué Dr Faye. Il a poursuivi, en indiquant que ces 4 causes sont parfois sociales, puisque renvoyant à des constructions populaires, parce qu'il n'y a pas souvent des informations disponibles dans les structures de santé. Selon lui, l'étude propose, comme recommandations de mettre à la disposition des structures de santé des méthodes de planification familiale de longue durée et de former les prestataires. Car il a été démontré que le manque de formation des prestataires est l'une des raisons pour lesquelles les produits ne sont pas bien distribués.

L'étude a aussi recommandé la mise en place d'unités de soins et de la méthode Kangourou, parce que dans ces pays, on ne s'occupe pas suffisamment des enfants et des femmes enceintes. Il est, entre autres, suggéré le renforcement de capacités du personnel soignant en techniques de communication pour une franche collaboration avec les patients. Pour Mme Nassima Check Abdoula, chargée des programmes santé à la Direction des relations et des opérations internationales à la Croix-Rouge française, cette étude est importante. Surtout que ce programme d'amélioration de l'offre et de la demande de services de santé maternelle et néonatale pour leur structure va piloter le programme d'amélioration de l'offre et de la demande de services de santé maternelle et néonatale, d'un coût de 7 millions d'euros (près de 4,6 milliards de FCfa) sur 4 ans dans 4 pays du Sahel.

« L'étude a permis de connaître les populations que nous allons servir et quels sont les déterminants qui vont influencer sur leurs comportements pour l'accès aux soins de la santé de la reproduction », a-t-elle déclaré. L'étude va permettre à la Croix-Rouge française de développer des messages adaptés aux croyances et cultures et de faciliter le travail sur des leviers bien précis. Il s'agit de la population cible constituée de femmes, de maris, de belles-mères, ou grands-mères, en vu d'influencer les comportements des femmes en âge de procréation, pour qu'elles acceptent de recevoir les soins dans les centres de santé.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !