Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Planification familiale : le district sanitaire de Pikine vise 44 % de prévalence contraceptive en 2015 - 22/06/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un taux de prévalence contraceptive de 24 % est enregistré au district sanitaire de Pikine durant le premier semestre 2013, alors que la moyenne nationale est de 12.1 %. Ce score a pu être obtenu grâce à l’amélioration du système d’approvisionnement en produits contraceptifs. L’objectif est d’atteindre maintenant un pourcentage de 44 % en 2015.

Le district sanitaire de Pikine veut atteindre en 2015 44 % de taux de prévalence contraceptive. Les responsables dudit district ont fait cette annonce au cours d’une rencontre avec des journalistes. « Le taux de prévalence contraceptive était de 6 % en 2010, on l’a ramené à 24 % au premier semestre 2013 », a déclaré Fatou Hanne Diop, coordonnatrice de la Santé de la reproduction du district sanitaire de Pikine. A l’en croire, cette performance a été réalisée grâce à la conjugaison de diverses stratégies, dont la méthode d’Identification systématique du besoin de la clientèle (Isbc), qui ont permis d’améliorer le système d’approvisionnement en produits contraceptifs.

Les activités d’Information, d’éducation et de communication pour un Changement de comportement (Iec/Cc) et l’appui du projet Initiative sénégalaise de santé urbaine (Issu), qui a recruté 13 sages-femmes pour le district, ont été aussi déterminants. A cela s’ajoutent l’engagement des prestataires, l’implication des acteurs communautaires et des clubs de santé, la disponibilité des produits de planification familiale avec le Push model et d’un fichier Pf dans les postes de santé et la synergie d’actions des partenaires, a indiqué Mme Diop.

Rupture de contraceptifs en 2012

Pour maintenir ces acquis, la coordonnatrice de la Santé de la reproduction du district de Pikine a suggéré l’amélioration du taux de recrutement par la méthode Isbc, l’approche de proximité et la meilleure gestion des produits Pf, l’intégration et l’implication du secteur privé, ainsi que l’organisation des collectes trimestrielles des données Pf. En août 2011, a-t-elle rappelé, « l’évaluation de la chaîne d’approvisionnement des produits contraceptifs a prouvé qu’il y avait une rupture, durant toute l’année, dans le district de Pikine, de certains produits contraceptifs, tels que le jadelle et le depo-provera, entre 2010 et juillet 2011.
Le 8 février 2012, le district de Pikine a servi de cadre pour le lancement du Push model, projet-pilote de distribution de produits contraceptifs pour une durée de 6 mois. Selon Mme Diop, tous les 15 jours, le camion d’approvisionnement quitte la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) ou la Pharmacie régionale d’approvisionnement (Pra) pour mettre à la disposition des points de prestation des produits contraceptifs. « En 2011, seules 600 femmes pratiquaient la planification familiale. De février à juillet 2012, on a recruté 500 femmes, alors que de janvier à mai 2013, nous en avons recruté 2613 autres », a révélé la coordonnatrice de la Santé de reproduction du district de Pikine.
Au cours de cet échange avec des journalistes, les responsables du district de Pikine sont revenus sur les maux qui gangrènent leur établissement sanitaire, dont l’absence de bloc opératoire, la faiblesse du plateau technique et des ressources financières, l’absence de service de radiologie, le déficit en personnel qualifié, le manque d’incinérateur et intrants pour la gestion des déchets biomédicaux, etc.

Imam DangounaTRAORE : « Intégrer la planification familiale dans les programmes des écoles coraniques »

Ces résultats ont été aussi réalisés grâce aussi à l’implication des religieux. « J’étais contre la planification familiale, parce que je croyais qu’il s’agissait de la limitation des naissances ou une interruption volontaire des naissances. Mes recherches m’ont permis de savoir que c’est une pratique recommandée par le prophète de l’Islam (Psl), qui a demandé aux femmes d’allaiter leurs enfants pendant 24 mois », a expliqué l’imam Dangouna Traoré, président de l’Association des daaras de Djeddah Thiaroye Kao. Pour lui, « les responsables des services de planification familiale doivent penser à intégrer cette dernière dans les programmes des écoles franco-arabes, afin que les pensionnaires sachent que l’espacement des naissances n’est pas interdit par l’Islam comme certains le pensent ».

Souleymane Diam SY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !