Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Drépanocytose : plaidoyer pour une meilleure prise en charge des malades - 21/06/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Décentraliser pour mieux lutter » est, cette année, le thème de la journée de lutte contre la drépanocytose dont la cérémonie s’est déroulée, mercredi dernier, à Louga. A cette occasion, le président de l’Association sénégalaise de lutte contre la drépanocytose, Maguèye Ndiaye, a déclaré qu’il faut une volonté réelle des autorités pour la prise en charge des drépanocytaires.

Le président de l’Association sénégalaise de lutte contre la drépanocytose, Maguèye Ndiaye, a souligné que, cette année, le thème illustre bel et bien la mouvance dans laquelle s’inscrit la lutte contre drépanocytose. Selon lui, « Décentraliser pour mieux lutter » démontre l’objectif que s’est fixée l’association qui vise l’implication de tous les patients et de toutes les autorités des différentes régions. Aussi, a-t-il expliqué que leur souhait est que tous les malades puissent se sentir impliqués dans la lutte contre la drépanocytose. Poursuivant, Maguèye Ndiaye a révélé que l’association sénégalaise et les cellules régionales organisent des séances de dépistage qui prouvent que le taux de personnes atteintes de cette maladie est de 10 %. Il a lancé un appel aux drépanocytaires, pour qu’ils prennent conscience de leur pathologie. Selon lui, il faut une volonté réelle du gouvernement pour la prise en charge des drépanocytaires tout en mettant l’accent sur les problèmes liés à l’accès aux médicaments et aux soins coûteux.

L’adjoint au médecin-chef de la région de Louga, Babacar Ndoye, a rappelé que l’hôpital régional dispose d’un appareil pour le diagnostic de la drépanocytose et précisé que les malades venant des autres districts s’y font dépister. Il a demandé une décentralisation dans les autres districts ; ce qui rendrait beaucoup plus accessible le dépistage, de même que les soins. Dr Ndoye a expliqué qu’à l’hôpital, seul centre pour le diagnostic, la cohorte qui est suivie actuellement par le responsable de la prise en charge à l’échelle régional compte 47 à 50 enfants. « Il est tout à fait évident que beaucoup d’autres cas sont dans la nature et n’ont pas pu bénéficier de dépistage. Notre souci, c’est de renforcer le dépistage pour les amener à se faire consulter et à avoir leur statut pour les prendre en charge », a-t-il fait savoir.

Oumar Ngatty BA

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !