Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé de la mère et de l'enfant : 8 pays africains échangent leurs expériences - 05/07/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une conférence internationale sur la sécurisation des produits d’importance vitale pour la santé de la mère et de l’enfant se tient depuis le 2 juillet à Dakar. L’objectif de cette rencontre est de faire le point sur le suivi des recommandations issues de la conférence d’Abuja d’octobre 2012.

Neuf mois après la tenue de la conférence d’Abuja sur la sécurisation des produits d’importance vitale pour la santé de la mère et de l’enfant, l’heure est venue de faire le bilan d’étape par rapport aux 10 recommandations qui en étaient issues. C’est dans ce cadre que les différents acteurs se réunissent, , à Dakar, sous l’égide du ministère de la Santé et de l’Action sociale et du secrétariat de la Commission des Nations unies sur les produits d’importance vitale pour la santé de la mère et de l’enfant. Représentant du secrétariat de l’Equipe de stratégie et de coordination pour la santé néonatale et infantile de l’Unicef basée à New York et dont l’un des rôles est de faciliter le suivi des recommandations d’Abuja, Pascal Bijleveld a dressé un tableau satisfaisant des actions menées par les différentes parties prenantes à ce programme. En effet, selon lui, depuis Abuja, beaucoup de progrès ont été enregistrés et un travail important abattu par les groupes de travail sur les 10 recommandations et les produits qui avaient été priorisés. « Ces groupes essaient d’identifier des goulots d’étranglement et de développer des outils qui pourraient aider chaque pays à mettre en place des plans nationaux et assurer le passage à l’échelle de l’accès à ces produits », s’est-il félicité, soulignant « les énormes progrès » réalisés par le Sénégal vers les Omd.

Aujourd’hui, prendre la juste mesure de l’enjeu de l’accès aux soins de santé, notamment pour les mères et les enfants, est d’autant plus pressante que la date butoir du 31 décembre 2015 pour l’atteinte des Omd approche à grand pas. D’où l’appel du secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action sociale à trouver, de manière dynamique et participative, des mécanismes qui permettront de faciliter l’accès aux soins de santé de qualité aux populations, particulièrement les plus vulnérables. Selon Moussa Mbaye, pour réaliser cet objectif, le Sénégal a privilégié le maintien et la sécurisation des acquis des systèmes de santé, la mise en œuvre d’approches innovantes basées sur des évidences scientifiques et les avancées technologiques.

Pour rappel, c’est le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, dans le cadre de sa Stratégie mondiale en faveur de la santé des enfants et des femmes, qui avait fait le constat d’un accès inéquitable aux médicaments et produits de santé d’importance vitale rencontré par les couches sociales susmentionnées à travers le monde. Devant cet état de fait, il avait appelé la communauté internationale à s’unir pour sauver 16 millions de vies d’ici à 2015. Ainsi, 8 pays africains s’étaient engagés à élaborer des plans d’actions. Il s’agit de la République Démocratique du Congo, de l'Ethiopie, du Sénégal, de la Sierra Leone, du Nigeria, de l'Ouganda, de la Tanzanie et du Malawi.

Le Sénégal dégage ses priorités en matière de santé maternelle et infantile

Les rideaux sont tombés sur la conférence internationale de suivi des recommandations d’Abuja sur la sécurisation des produits d’importance vitale pour la santé de la mère et de l’enfant. Au cours de cette rencontre, chacun des 8 pays participants a présenté son plan d’actions. Ce qui a permis aux uns et aux autres d’apprendre des différentes expériences exposées pour améliorer ces plans nationaux. Pour sa part, le Sénégal a identifié quelques priorités sur lesquelles il entend axer ses efforts, a indiqué le ministre Awa Marie Coll Seck. Il s’agit de faire la promotion des demandes concernant les 16 produits, le renforcement de la qualité de l’offre, celui du suivi et de l’évaluation et enfin, de l’assurance d’un financement. « La santé de la mère et celle de l’enfant sont des priorités obligatoires pour le gouvernement. C’est pourquoi, avec le plan national de suivi de la santé de l’enfant qui sera lancé aujourd’hui (hier), nous ne voulons pas qu’il y ait des plans verticaux. Nous voulons avoir une approche holistique avec un système de santé renforcé. C’est ce qui peut nous permettre d’atteindre les objectifs de l’Omd », a soutenu le ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Elhadji Ibrahima THIAM

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !