Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

En congrés ordinaire : les kinésithérapeutes réclament un cadre juridique pour leur profession - 08/07/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La prolifération des salles de massage tenues par des non professionnels énerve les kinésithérapeutes. En congrès ordinaire, le week-end dernier, à Dakar, ils ont réclamé un cadre juridique ou un ordre professionnel qui permettrait de réglementer leur profession. La question de recrutement et de formation en Mater et Doctorat a occupé une place importante dans les discussions. Le président sortant, Cheikh Seck, a été reconduit à son poste pour 3 ans.

L’Association sénégalaise des kinésithérapeutes rééducateurs (Askir) a tenu, le week-end dernier, son 3ème congrès ordinaire sur le thème : « Approche pluridisciplinaire de la réadaptation ». Les kinésithérapeutes venus des différentes régions ont dénoncé le manque de cadre juridique approprié pour leur profession. L’absence ce cadre s’explique par l’inexistence d’un code de la santé qui est toujours à l’état de projet. « Les textes vieillissants et inadaptés ont fini d’exposer la profession à toutes sortes de dérives. Elle est marquée par la prolifération des salles de massage tenues par des non professionnels, dont la décence ne me permet pas de décrire les actes qu’ils y posent. D’où la nécessité de revisiter les textes et de sévir », a plaidé le président de l’Askir, Cheikh Seck. Il a précisé que le massage n’est réservé qu’aux kinésithérapeutes qui ont reçu une formation dans ce domaine.

Pour mettre fin à cette anarchie, ils veulent aussi un ordre de kinésithérapie leur permettant de donner leur avis à chaque fois qu’une salle de massage doit être créée. Les kinésithérapeutes ont aussi souhaité la création d’un Conseil supérieur des paramédicaux. Cette structure sera un cadre de réflexion. Il existe plusieurs associations de paramédicaux, notamment celles des sages-femmes, des infirmiers d’Etat, des kinésithérapeutes... « Toutes ces associations ont pratiquement les mêmes préoccupations et les mêmes revendications. Il faut donc les rassembler, afin qu’ils servent de cadre de réflexion pour le ministère de la Santé », a expliqué le président de l’Askir.

100 kinésithérapeutes recrutés par l’Etat

Cheikh Seck a rappelé que la formation en Master et Doctorat, l’octroi de bourses pour l’étranger, le recrutement des kinésithérapeutes chômeurs, la répartition des ressources humaines sur le territoire figurent en bonne place dans leur combat. Au Sénégal, seuls 100 kinésithérapeutes sont recrutés par l’Etat. Un nombre insuffisant, parce que ne respectant pas les normes de l’Oms. La profession est constituée de plus de 20 branches qui concernent différents domaines, tels que l’orthopédie, la traumatologie, la rhumatologie, la neurologie.

Cheikh Seck a, par ailleurs, été reconduit à la tête de l’Askir pour un mandat de 3 ans. Il a promis de poursuivre les chantiers entamés, particulièrement le recrutement des kinésithérapeutes et la mise en place d’un cadre juridique pour éviter certaines dérives.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !