Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Vaccination, suivi de la croissance infantile, consultations prénatales… : des services sanitaires couverts à 75 %, selon une enquête de l’Ansd - 09/11/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Enquête continue sur la prestation des services de soins au Sénégal 2012-2013, publiée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, note une disponibilité satisfaisante des services de base évaluée à 75 % dans les structures de santé du pays. Toutefois, des défis liés à l’accès à l’électricité, à l’évacuation des malades et aux technologies de l’information et de la communication restent à relever. La collecte des données a duré huit mois et s’est déroulée du 15 octobre 2012 au 15 juin 2013.

Le rapport présente les résultats de la première année de l’enquête continue sur la prestation des services de soins au Sénégal (Ecpss), réalisée en 2012-2013 par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) et le ministère de la Santé et de l’Action sociale. Cette étude a constaté une disponibilité satisfaisante des services de base de 75 %, quelles que soient les caractéristiques. Les services de base comprennent les soins curatifs ambulatoires pour les enfants malades, les services de vaccination infantile au sein de la structure, le suivi de la croissance infantile, toute méthode moderne de planification familiale, la consultation prénatale et les services pour les Infections sexuellement transmissibles (Ist).

L’enquête indique que la disponibilité des prestations comprenant la santé maternelle et infantile et la santé de la reproduction sont les services les plus sollicités.

Ainsi, mentionne l’Ecpss 2012-2013, les services de soins curatifs pour les enfants et les Ist sont, en moyenne, disponibles dans presque toutes les structures (94 % et 98 %), alors que les soins prénataux sont prodigués dans 89 % des structures, et la planification familiale est proposée dans 85 % des structures.

En outre, plus des 3/4 des établissements sanitaires offrent des services de vaccination et de suivi de la croissance (respectivement 83 % et 86 %). Ces résultats, précise l’Ansd, sont le reflet de la politique de santé selon laquelle les services de santé préventifs sont généralement fournis dans les centres de santé et les postes de santé, tandis que les hôpitaux restent des structures de référence. Les résultats de l’enquête notent, également, une plus grande disponibilité des services de base dans les structures publiques que dans les structures privées, avec respectivement 85 % et 26 % pour tous les services de base. De plus, l’Ansd constate une « excellente » répartition de la disponibilité des services de base, même dans les régions de Dakar, Kaolack, Kolda et Tambacounda, où les services de base sont moins disponibles.

L’équation des équipements

En dépit des résultats obtenus dans l’offre des prestations de soins de santé, des problèmes restent à résoudre, selon l’Ansd, qui constate des insuffisances dans les équipements de communication (matériel informatique, accès à l’internet) et dans la fourniture régulière de l’électricité.

L’enquête révèle que seulement un peu plus d’une structure sur deux dispose régulièrement d’électricité ; ceci est beaucoup plus accentué dans les régions de Kaolack (27 %), Diourbel (24 %), Louga (31 %) et Kaffrine (39 %) où, pratiquement, seulement une structure sur trois ou quatre en dispose.

Toutefois, il a été relevé une bonne disponibilité des infrastructures de base répondant aux besoins des patients, notamment les sources d'eau améliorée (90 %), une intimité visuelle et auditive (99 %) et la disponibilité de toilettes pour les patients (87 %). Certaines infrastructures et équipements de base, soutiennent les auteurs de l’enquête, contribuent à la satisfaction du patient et des prestataires et, également, à l’amélioration de la qualité et du niveau des services. Ils estiment que ces éléments peuvent contribuer à inciter le patient à utiliser la structure ; de même, ils peuvent motiver le personnel et l’encourager ainsi à suivre les normes pour assurer des services de qualité.

Abdou DIAW

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !