Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Sida : Un dépistage difficile chez les bébés dans les PVD retarde les soins - 21/06/2006 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La difficulté d'assurer dans les pays pauvres un dépistage précoce des nourrissons contaminés par le virus du sida est un des obstacles au traitement des enfants, ont souligné médecins et acteurs de terrain lors d'un colloque "Enfance et sida" cette semaine à Paris.

En l'absence de trithérapie, la moitié des bambins contaminés durant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement risquent de mourir avant l'âge de deux ans. Jusqu'à l'âge de 18 mois, voire 15 mois, tant que l'enfant est susceptible d'avoir conservé des anticorps transmis par la mère, diagnostiquer l'infection du bébé lui-même nécessite de recourir à des tests coûteux, pour détecter le virus du sida (VIH) lui-même et non les seuls anticorps produits en réaction à l'infection. Des tests de diagnostic par PCR (Polymerase chain reaction), une technique d'amplification permettant d'obtenir suffisamment de matériel génétique pour identifier le virus, peuvent couter 50, voire 100 dollars l'unité, explique Joseph Essombo (Elizabeth Glaser Paediatric Aids Foundation, Côte d'Ivoire). "C'est l'un des gros obstacles" si l'on veut élargir dans les pays pauvres l'accès aux traitements anti-sida, dont seule une faible minorité d'enfants contaminés bénéficie, a-t-il résumé devant la presse. Le développement des médicaments génériques bon marché a permis de "faire pression sur les firmes pharmaceutiques" à la fin des années 90 pour qu'elles réduisent le prix des médicaments anti-VIH dans les pays en développement, "mais on n'a fait aucune pression sur ceux qui fabriquent les équipements de laboratoires et les réactifs", regrette-t-il. "Il va falloir y arriver pour traiter le maximum d'enfants, sinon ce seront des paroles vaines", prévient-il.

Certains tests de PCR en temps réel, moins chers (10 à 15 dollars) que les "kits" prêts à l'emploi des labos, nécessitent un personnel de santé compétent dont la majorité des pays ne dispose pas, selon le Dr Patricia Fassinou (Chu de Yopougon, Côte d'Ivoire). Faute de laboratoires de proximité, il faut acheminer les prélèvements sur papier buvard vers des laboratoires centraux, poursuit-elle, insistant sur la nécessité de mettre en place un diagnostic biologique précoce pour prendre en charge le traitement des petits nourrissons.

L'attente du diagnostic, Mme Dollo (Cameroun) en a fait l'expérience peu après la naissance de sa fille, lorsqu'elle a appris qu'elle-même était séropositive. Elle a insisté pour qu'un test soit fait sur le bébé, mais il a fallu "huit mois pour avoir les résultats". Heureusement, dit-elle, le médecin a accepté de mettre le bébé sous antirétroviraux dès l'âge de 5 mois, sans attendre la confirmation du diagnostic, ce qui lui a permis de reprendre du poids et l'a sauvée. L'enfant est entrée à l'école cette année. "Ma fille a dépassé l'étape où elle devait mourir et je crois que je la marierai un jour", espère Mme Dollo. Pour que les enfants ne soient plus les "grands absents de la réponse globale au sida", il "faut passer aux actes", ont insisté à Paris responsables de l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), médecins et autres acteurs de terrain, alors que moins de 5% des enfants ayant un besoin urgent de trithérapie en bénéficient.

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !