Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Kolda : des fistuleuses scrutent le ciel de la prise en charge - 03/02/2010 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dépistées récemment, des fistuleuses de la région du Fouladou attendent une assistance depuis des semaines. ‘Désemparées, ces fistuleuses, au nombre de trente-six scrutent le ciel de la prise en charge’, informe une source proche de la régionale médicale de Kolda. Ces femmes, qui ont l’impression d’être laissées à elles-mêmes, n’ont pas les moyens de se payer une opération de réparation de fistule. La prise en charge se chiffre entre 90 et 150 mille francs.

Le Sénégal ne dispose pas d’un programme de prise en charge des fistules au niveau national. D’ailleurs, l’Etat, comme la majorité des gouvernements en Afrique au Sud du Sahara, s’est remis aux bailleurs de fonds pour la prise en charge des fistules. Des organismes comme le Fonds mondial des Nations unies pour la population (Unfpa) organise régulièrement des campagnes de réparation de fistules dans les localités les plus touchées par cette ‘infection honteuse’. Il s’agit du Sénégal oriental, notamment avec les régions de Tambacounda, de Kolda, de Sédhiou et de Kédougou. Lors de ces campagnes, même les fistuleuses, venant de la Guinée, bénéficient d’une prise en charge gratuite.

Pourtant, ce signalement d’un aussi grand nombre de fistuleuses dans la région de Kolda peut être considéré comme étant une bonne nouvelle pour les acteurs de la lutte contre les fistules. D’habitude, la stigmatisation confine les fistuleuses dans leur souffrance. En effet, seuls deux cas avaient été identifiés lors de la campagne de réparation, organisée au mois de décembre par l’Unfpa. Ce n’était pas le grand rush vers les chirurgiens, malgré les nombreux messages véhiculés au niveau des autorités administratives, politiques et coutumières. Voilà que la mission est partie, une nouvelle vague de fistuleuses réapparaît, attendant une prise en charge, regrette-t-on.

Dans le Fouladou, la santé de la reproduction est un véritable problème. On note un faible taux d’accouchement assisté par un personnel qualifié dans la région de Kolda. Ce taux se situe dans l’ordre de 15 % au premier semestre de l’année 2008, et de 27 % dans le premier semestre 2009. Ce taux jugé faible est à l’origine des causes de fistules, car un long travail sans assistance provoque une nécrose. Cette non-assistance, lors des accouchements, est liée à l’inaccessibilité aux structures. En effet, les villages se situent à une trentaine de kilomètres du poste de santé le plus proche. Ce qui décourage les femmes. A cela, s’ajoute l’extrême pauvreté qui frappe les ménages dont plus de 60 % vivent en dessous du seuil de pauvreté.

I. NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !