Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Débat sur le taux de prévalence du VIH SIDA : les méthodes de calculs du Sénégal sont vérifiées par l’ONUSIDA et l’OMS - 16/02/2010 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le vote du projet de loi visant à éliminer toute forme de discrimination contre les PVVIH au Sénégal a suscité un débat houleux entre parlementaires et le nouveau ministre de la Santé et de la Prévention. En effet, répondant aux différentes interpellations des députés sur les questions portant sur le Vih/Sida et sur d’autres maladies, le représentant du gouvernement en a profité pour mettre un terme à la controverse autour de la fiabilité du taux de prévalence de 0, 7 % qui prévaut au Sénégal. Un taux de prévalence au niveau national qui n’a connu aucune évolution depuis des années.

Selon le ministre Modou Diagne Fada, le Sénégal a des méthodes de calcul qui lui permettent d’avoir des statistiques réelles de la prévalence de la pandémie du Sida. Ce sont ces mêmes méthodes de calcul qui ont permis aujourd’hui, dit-il d’avoir une idée du taux de prévalence national et de celle des régions les plus touchées en l’occurrence Ziguinchor et Kolda.

C’est de la même manière, selon lui qu’on a réussi à identifier la tranche d’âge la plus touchée et la tendance chez les travailleurs de sexe qui est de l’ordre de 19% et chez les hommes qui font des rapports entre hommes qui est de 22%. Le ministre de la santé de poursuivre pour dire que la féminisation du Vih Sida est connue grâce aussi aux enquêtes réalisées.

Le ministre de plaider alors que les résultats des enquêtes réalisées au Sénégal sont vérifiés aussi bien par l’ONUSIDA et par l’OMS. Modou Diagne Fada de souligner que le Sénégal n’a aucun intérêt à cacher son taux de prévalence. Si ce taux change sans que les autorités ne le révèlent ce sont les organisations internationales, en première ligne, qui vont le dénoncer.

C’est pourquoi il a tenu à préciser que les chiffres du Sénégal, dit-il, peuvent être vérifiés dans les rapports de l’ONUSIDA de 2009. Il a profité de cette tribune pour interpeller les différents acteurs notamment les chefs religieux à qui il a demandé d’intervenir davantage pour que le taux national de O,7 % baisse.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !