Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Professeur Abdou Niang explique : la différence entre l’hémodialyse et la dialyse péritonéale - 12/03/2010 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’hémodialyse comme la dialyse péritonéale sont deux techniques utilisées pour traiter l’insuffisance rénale terminale. Rencontré hier lors de la journée ‘Portes ouvertes’ organisée par l’Association sénégalaises des hémodialysés et insuffisants rénaux dans les locaux de l’hôpital Le Dantec, le Professeur Abdou Niang explique la différence entre l’hémodialyse et la dialyse péritonéale. Selon le néphrologue, l’hémodialyse est une technique qui consiste à dévier le sang en dehors du corps pour le faire passer dans un circuit où il y a un rein artificiel qui va le débarrasser de tous ses déchets. La personne dialysée fait trois séances par semaine. Pour chaque séance, elle reste pendant quatre heures au niveau de la machine pour que le sang soit totalement épuré. Cette technique présente des contraintes, car la personne est obligée de se rendre trois fois par semaine au centre de dialyse.

Tout le contraire de la dialyse péritonéale où la personne souffrant d’insuffisance rénale peut rester à la maison et l’appliquer. Cette technique quotidienne consiste à introduire dans le ventre du patient un liquide, environ deux litres. Ce liquide contient un médicament qui va aspirer tous les déchets contenus dans le sang et que le rein ne pouvait pas épurer. Cette méthode qui a l’avantage de se faire à la maison se répète quatre fois dans la journée. Lorsque le liquide est introduit, le malade le laisse en action pendant quatre heures. Au bout du temps imparti, il faut enlever le liquide car il est saturé de déchets. Exécutée à 8 h, l’expérience est ainsi renouvelée à 12 h, à 16 h, à 20 h. C’est pour cela, explique le néphrologue, qu’on l’appelle dialyse péritonéale continue ambulatoire. Une fois formé à cette technique au niveau de centre de dialyse, le patient peut l’appliquer sans coup férir. A la maison comme au bureau. C’est ainsi, informe le Pr Abdou Niang, que des malades qui vivent à Tamba, à Kolda ou ailleurs, loin des centres de dialyse, sont maintenus en vie. C’est le cas d’ailleurs de la dame Maguette Thiam (voir encadré). Mais chaque mois, le malade doit revenir au service néphrologie de l’hôpital Le Dantec pour un contrôle de la situation.

Toutefois, selon le spécialiste, ‘la dialyse péritonéale coûte environ 450 mille francs par mois. Et pourtant, elle ne nécessite pas la contribution de machine, ni d’électricité. Donc, elle aurait dû revenir moins chère avec la réduction du prix de la poche’, souligne le Pr Abdou Niang. En effet, la poche revient à 5 000 francs par séance de dialyse péritonéale. Dans la journée, quatre poches reviennent à 20 000 francs. En ce qui concerne l’hémodialyse, la séance revient à 50 000 francs. Et pour être épuré normalement, le malade doit faire trois séances par semaine. Ce qui fait 150 mille francs la semaine.

I. NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !