Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Tambacounda : lutte contre le paludisme ; Le poste de santé de Sinthiou Malème se distingue - 03/04/2010 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans la croisade contre le paludisme, le poste de santé de Sinthiou Malème, chef lieu de la communauté rurale du même nom situé à près de 30km de Tambacounda, a su imprimer sa marque avec le concours de ses volontaires nippons débordant d’imagination et d’initiative. Après une bonne politique de prévention ayant pratiquement sauvé le village de Pada du paludisme, l’expérience est étendue à trois autres villages, et les résultats plus que probants ont été présentés aux communautés ce jeudi.

Sinthiou Malème commence à devenir une référence en termes de lutte contre le paludisme. Ici, l’équipe du poste de santé constituée entre autres par l’infirmier chef de poste, deux volontaires japonais et des assistants au chef de poste, développe des stratégies jugées plus qu’efficaces, notamment en termes de prévention, même si le traitement n’est pas du tout négligé, avec le concours de certaines ONG comme « Intrahealth » par exemple.

L’expérience a commencé dans la petite bourgade de Pada où Yumito Enda alias Ablaye Diallo, le premier volontaire nippon à avoir exercé dans le poste de santé de Sinthiou Malème, a pu recueillir des données qu’il a ensemble analysées avec le chef de poste Falaye Kanté. Les deux décidèrent de doter les villageois de moustiquaires imprégnées, et c’est Ablaye Diallo qui s’est trituré les méninges pour en trouver 500. Chaque lit du village sera doté d’une moustiquaire et, avec le suivi rapproché réalisé par l’équipe tout comme la sensibilisation menée, l’assurance était faite que tous se mettaient sous la moustiquaire aux heures indiquées. Le résultat, si l’on en croit l’infirmier chef de poste, est qu’il n’ya pratiquement pas eu d’accès palustre dans ce village.

Quand cette fois ci deux autres volontaires japonais sont arrivés, l’un d’eux, Hayato Nagai alias Saliou Diallo, de commun accord avec le chef de poste, et après enquête, décideront d’étendre l’expérience à trois autres villages, Saré Gayo, Boudou Boudou et Sinthiou Foula, Saliou Diallo remuera lui aussi ciel et terre pour décrocher 800 moustiquaires devant y être distribués, mais surtout pour protéger les enfants et les femmes enceintes. Ici aussi, les données recueillies seraient concluantes, et les techniciens du poste de santé de Sinthiou Malème de se faire une religion, celle consistant à dire que les moustiquaires imprégnées plus une bonne politique de sensibilisation à travers des mobilisations sociales, sont efficaces dans la prévention contre le paludisme.

De nos jours, avec l’appui du Crédit mutuel du Sénégal, du Programme National de Lutte contre le Paludisme et Sumitomo Chimio, un peu plus de 2600 moustiquaires imprégnées sont placées dans la zone de couverture du poste de santé de Sinthiou Malème, et les enfants complètement vaccinés tout comme les femmes enceintes ayant bouclé 3 à 4 consultations prénatales sont privilégiés. Les résultats sont probants, la morbidité et la mortalité liées au paludisme ont drastiquement baissé. Les conclusions de ces pratiques sont restituées aux communautés ce jeudi. L’impact de cette activité est que celles-ci, les communautés, diront d’abord avoir une idée très claire du travail des volontaires japonais qu’ils voyaient naviguer de village en village, ensuite compris énormément de choses quant à la façon dont il faut barrer la route au plasmodium. Toutes choses qui feront exprimer au président Massar Diop du conseil rural toute sa satisfaction de voir ce poste de santé polarisant 40 villages engranger de tels résultats dont il dira qu’il faut encourager.

Pour rappel, le travail des volontaires japonais consiste entre autres à appuyer le poste de santé dans l’identification des problèmes organisationnels, la mise en place d’un environnement saint de travail pour booster la qualité des soins, le recueil, le traitement et l’analyse des données ou encore le renforcement des capacités des communautés pour un changement de comportements.

Boubacar TAMBA

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !