Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

COPAGEN : Les risques liés aux OGM - 25/09/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Du 18 au 20 septembre dernier, la coalition pour la préservation du patrimoine génétique africain (Copagen) a organisé à l’intention des communicateurs, un séminaire sur la question des Organismes génétiquement modifiables (OGM).

L’expression est devenue usitée depuis quelque temps. Les Organismes génétiquement modifiables plus connus sous l’acronyme de OGM sont en train de bouleverser les comportements des agriculteurs dans beaucoup de pays. En Afrique, « l’alimentation de la majorité des populations est assurée par l’agriculture traditionnelle de type familial malgré les difficultés climatiques et matérielles. Elle est pratiquée essentiellement par des petits exploitants. Elle est assez diversifiée et utilise essentiellement du fumier organique. Les semences sont souvent locales, cependant on note l’utilisation de semences améliorées provenant des structures de recherches agricoles ou des firmes étrangères commerciales » explique Ndiaga Sall de Enda Pronat, une des composantes de cette coalition.

L’apparition des OGM dans l’agriculture africaine crée une dépendance en matière de semences. Pour Alassane Sarr de Pan Afrique, membre de la coalition. « Il existe des enjeux économiques avec le monopole technologique et financier des multinationales de semences. Aujourd'hui, la caractéristique marquante de l’amélioration génétique est qu’elle est de plus en plus contrôlée par une poignée de grandes entreprises ne visant que des objectifs commerciaux. L’intérêt de faire des OGM se conçoit tout d’abord à partir de l’intérêt économique des firmes multinationales. Ces mêmes entreprises produisent et commercialisent également des herbicides et des pesticides et parfois des produits pharmaceutiques. En fait il s’agit de multinationales issues de fusions et d’acquisition de firmes biotechnologiques, de compagnies de semences et des industries de pesticides. Les cinq plus grosses firmes de pesticides contrôlent désormais, plus de 30 % du marché des semences et 50% de brevets des produits agricoles issus des biotechnologies incluant 70% des brevets sur les gènes de blé et 47% sur le gène du sorgho ! ».

Il existe aussi d’autres enjeux liés au risques sur l’environnement avec les techniques de transfert des gènes qui sont très récentes. « Les plantes transgéniques n’ont pas de passé écologique et constituent une intrusion brutale aux conséquences imprévisibles à long terme. La dissémination des OGM sur des millions d’hectares représente une diffusion de milliards de gènes modifiés qui peuvent être transférés aux cultures conventionnelles et à d’autres organismes. Les contaminations des cultures biologiques et conventionnelles constituent une pollution génétique irréversible. Si cette pollution se révèle nuisible pour la flore et la faune, il serait impossible de restaurer la nature » affirme M.Sarr.

C’est pour ainsi sensibiliser les populations africaines sur les risques liés aux OGM qu’est née la Copagen à Grand Bassam en janvier 2004. Elle a pour mission d’œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine génétique africain et pour une utilisation durable des ressources biologiques, à travers la protection des droits des communautés locales et des agriculteurs, la régulation de l’accès à la biodiversité et la gestion des risques liés au génie génétique.

OUMAR NDIAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !