Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladie d’Alzheimer : les médicaments non commercialisés au Sénégal - 04/10/2010 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une étude réalisée par l’Ipres entre 2004 et 2006 sur une population de 872 personnes âgées, révèle que les 58 sont atteintes de la maladie d’Alzeimer. Soit une fréquence de 6,6 %, largement au-delà des prévisions qui tournaient autour d’1 à 2%. Pourtant, contre cette maladie qui se traduit souvent par une perte de la mémoire, aucun médicament n‘est disponible sur le marché pharmaceutique. C’est donc un véritable parcours de combattant que les malades effectuent pour accéder aux médicaments et sont d’ailleurs obligés de faire passer des commandes à l’extérieur du pays. Samedi 2 octobre dernier, les spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme face à l’ampleur inquiétante de cette maladie de troubles psychiques dont souffrent les personnes âgées. C’était à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre ce fléau mondial encore mal connu à travers le pays.

Célébrée chaque année le 21 septembre par la communauté internationale, au Sénégal, la journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer a pu finalement être organisée le samedi 2 octobre. Et c’est dans la résidence de l’ambassade de Zimbabwe à Dakar qu’un point de presse s’est tenu en présence de neurologues, représentants des autorités sanitaires, universitaires et autres acteurs qui s’activent dans la lutte contre ce fléau.

Négligée par l’autorité sanitaire et mal connue des populations, en tout cas, neurologues et psychiatres spécialistes estiment que cette affection représente 70 % des formes de démences enregistrées. La souffrance d’une telle maladie constitue une véritable condamnation pour le malade et un fardeau dans les familles du fait que le malade peut faire perdre complètement ses facultés mentales.

Une des spécialistes de l’hôpital de Fann décrivant les symptômes de la maladie explique que le malade peut arriver à ne plus distinguer le jour de la nuit. Plus grave encore, il ne sent plus la faim et subit le manque d’alimentation qui le conduit inexorablement vers la mort. Selon toujours les mêmes spécialistes, l’environnement qui favorise l’expansion de cette maladie est connu. Il s’agit de l’isolation des personnes âgées dans les familles, l’occidentalisation de la vie familiale, les accidents de la voie publique, la dépression qui gagne de plus en plus de terrain et les maladies liées à l’avancement en âge, de même que l’alcool, le tabagisme, l’hypertension artérielle, le diabète, le cholestérol, le cancer etc.

Prendre les devants

Contre les risques de prévalence poussée, le professeur Kamadore Touré maître assistant à la faculté de médecine de l’UCAD conseille la vigilance aux familles à l’égard des personnes âgées. Dés les premiers signes de la maladie à savoir le changement de comportement et d’habitude des personnes âgées, il faut réagir. Aux autorités sanitaires, ils les invitent à prendre les devants avant que cette maladie ne prenne insidieusement de l’ampleur.

Méconnue du diagnostic médical sous nos cieux, la détection et le traitement de la maladie d’Alzheimer souffrent surtout de la rareté voire l’inexistence de spécialistes formés. Ce qui explique que le professeur Touré fustige les mauvais diagnostics, les errements et autres tâtonnements fortement préjudiciables aux malades et à leurs familles. C’est pourquoi les spécialistes en appellent donc au dépistage, et à l’information des familles qui méconnaissent ses effets jusqu’à la souffrance des malades.

Pourtant, toujours selon les spécialistes, l’espoir est permis de soigner ce mal. Des travaux de recherche sont en train de faire de grands pas pour qu’à partir de 2012 des médicaments plus performants et capables de faire guérir le mal soient disponibles à travers le monde. Mais la question qui taraude les esprits est de savoir si ces médicaments seront disponibles dans nos pays et à moindre coût. Pour l’heure les médicaments rarement disponibles par le biais de l’importation, ne permettent que de faire stagner la maladie. Encore qu’ils sont hors de portée des malades et en ces temps de crise sociale avec des coûts variant entre 70 000 à 100 000 Fcfa chaque mois. Pendant ce temps, dans plusieurs pays occidentaux dont le Canada, ils sont remboursés par la sécurité sociale.

La célébration de la journée internationale de lutte contre la maladie d’Alzheimer a été occasion pour les acteurs réunis de féliciter l’ambassadrice de Zimbabwe qui s’est investie pour beaucoup afin que les Sénégalais s’intéressent davantage à cette maladie.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !