Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies du cœur : l’hôpial Aristide Le Dantec sera doté d’un appareil d’angiographie - 11/10/2010 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé, Modou Diagne Fada, a annoncé hier que le Sénégal aura d’ici la fin de l’année un appareil d’angiographie. Il permet de diagnostiquer et soigner les maladies du cœur en visualisant les artères. Des centaines de personnes ont marché hier à travers les rues de Dakar pour sensibiliser sur les maladies cardio-vasculaires. La marche, conduite par le ministre de la Santé, Modou Diagne Fada, a commencé au Triangle Sud pour se terminer à la place de l’Indépendance.

Le ministre de la Santé a profité de cette randonné pédestre pour assuré aux malades du cœur du soutien du gouvernement. Cela passera par le relèvement des plateaux techniques des structures de santé. Le gouvernement va ainsi mettre à la disposition des populations le premier appareil d’angiographie d’un coût d’un 1 milliards Cfa acquis sous forme de prêt grâce à la coopération indienne. Il est attendu à Dakar d’ici la fin de l’année ou en début de 2011 a assuré le ministre de la Santé. Il sera implanté au service de cardiologie de l’hôpital Aristide Le Dantec. Le chef de ce service, le professeur Serigne Abdou Ba a indiqué que cet appareil sera destiné à faire visualiser les artères qui entourent et nourrissent le cœur.

Au Sénégal et partout dans le monde, les crises cardiaques sont devenues fréquentes à cause des anomalies des artères. « Lorsqu’une artère est bouchée, le premier risque de crise cardiaque est la mort subite », a expliqué le Pr Bâ. « L’angiographie permettra, non seulement de visualiser l’artère bouchée, mais surtout d’éviter à la victime des risques de crise cardiaque, synonyme de mort », a-t-il insisté.

Avec cet appareil, il est désormais possible de sauver le cœur. Selon le Pr Bâ, « plus on tarde à déboucher une artère, plus le cœur se mortifie. D’où l’importance de cet appareil qui doit fonctionner 24 heures sur 24 parce que les urgences cardiaques n’attendent pas », a-t-il averti.

Faute d’une salle d’angiographie, plusieurs malades sont évacués en urgence à l’étranger notamment au Maroc. L’angiographie permet également de soigner les enfants qui naissent avec des malformations cardiaques. Le ministre de la Santé a assuré que la cardiologie sera décentralisée et les plateaux techniques améliorés.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !