Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Transfusion sanguine : Quatre centres régionaux seront ouverts - 15/12/2010 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le nouveau plan stratégique de transfusion sanguine accorde une place primordiale à la sécurité transfusionnelle. C’est ce qui ressort de l’atelier organisé le 1er décembre 2010 par le Centre national de transfusion sanguine (Cnts) qui prévoit la construction de 4 centres régionaux. Le Centre national de transfusion sanguine (Cnts) déroule sa nouvelle feuille de route qui accorde une place prioritaire à la sécurité transfusionnelle et à la construction de 4 centres régionaux de transfusion sanguine. De plus, le nouveau plan stratégique prévoit le recrutement des donneurs bénévoles et la sélection de ceux qui présentent moins de risque, l’élargissement du contrôle des maladies à contrôler. «Autant la transfusion peut être très bénéfique, autant elle peut être très dangereuse par rapport à sa capacité à transmettre les infections. C’est pour cette raison que la sécurité doit être une activité transversale depuis le choix des donneurs. Nous devons nous assurer que ce sont des donneurs à faible risque», dit le Pr. Saliou Diop, par ailleurs directeur général du (Cnts). Pour lui, la lutte contre les risques des infections doit rester un défi de tous les praticiens impliqués dans la transfusion sanguine. «Dans les pratiques transfusionnelles, il faut s’assurer qu’il ait aucun risque encouru lors du prélèvement, mais le point le plus important, c’est dans le dépistage des infections comme le Vih, la Syphilis, l’hépatite B et l’hépatite C.

Ethique et sécurité

Dans notre plan stratégique, nous voulons nous assurer que 100 % des dons de sang effectués au Sénégal soient testés pour ces agents infectieux», indique le Pr. Diop. Cette exigence de sécurité doit être aussi de vigueur dans les régions de l’intérieur. Le Sénégal travaille à atteindre d’ici 2015, dix de donneurs pour 1000 habitants. De plus, la définition du cadre juridique est inscrite comme une priorité dans le nouveau plan quinquennal. «Une réglementation permet d’abord de conserver l’éthique, et la sécurité. Il faut donc qu’une loi claire soit définie pour définir l’organisation de la transfusion sanguine avec une coordination nationale, ceci pour déterminer les droits et les devoirs et les règles, des donneurs et des praticiens», explique le Pr. Diop. Ce service est indispensable à l’exécution des actes chirurgicaux, la prise en charge des hémorragies consécutives aux accidents ou celles contractées lors des accouchements comme l’a indiqué le directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention, Abdou Khoudoss Niang. «Avec un bon système transfusionnel, nous parviendrons à réduire la mortalité maternelle et infantile, mais aussi à prévenir les infections par le Vih, les hépatites et le paludisme», dit-il, affirmant que «le gouvernement ne ménagera aucun effort pour la bonne exécution de ce plan stratégique».

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !