Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Cas de diarrhées et de vomissements à Diourbel : la piste de l’épidémie de choléra écartée - 12/01/2011 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La direction de la Prévention médicale écarte la piste de l’épidémie du choléra dans les cas de diarrhées et vomissements à Diourbel. Le directeur de la Prévention médicale, le Dr Aboubacry Fall, à travers un communiqué, rassure les populations sur l’apparition des cas de diarrhées et vomissements notés dans le district sanitaire de Diourbel, à quelques jours du Magal annuel de Touba. Selon lui, l’origine cholérique de ces cas de diarrhées a été écartée « du point de vue clinique et bactériologique ».

A l’en croire, certaines caractéristiques au point de vue évolutif de ces cas de diarrhées avait retenu l’attention des autorités sanitaires. Il a expliqué que ces cas de diarrhées enregistrés dans le district de Diourbel ont connu deux pics entre les mois de juillet et août, puis en décembre et janvier 2011. Ces deux pics annuels sont en faveur des diarrhées « d’origine virale » qui ont une évolution cyclique connue au Sénégal. Ils sont notés chaque années au début ou pendant l’hivernage et en période de froid.

Le Dr Aboubacry Fall a indiqué qu’il a été observé, au mois d’août dernier, 1246 cas de diarrhées dans ce même district avec zéro décès. «Nous nous attendons à un autre pic, dans le courant des mois de décembre et janvier. Ce qui est arrivé parce que les virus les plus incriminés étaient les rotavirus qui attaquent surtout les enfants», a soutenu le Dr Fall. Il a révélé que le centre de référence de l’hôpital pour enfant Albert Royer et l’Institut Pasteur de Dakar ont pu écarter ces rotavirus. «La recherche des autres virus responsables de cette évolution cyclique des diarrhées et vomissements est en cours au niveau de l’Institut Pasteur de Dakar, a-t-il informé. «Le germe responsable n’est pas virulent, car la durée moyenne de l’évolution de la maladie est de deux voire trois jours », rassure le directeur de la Prévention médicale. Sur les 1000 cas de diarrhées ou vomissements enregistrés, aucun cas de décès n’a été noté.

Pour faire face à ces diarrhées, les autorités sanitaires ont pris des mesures suivantes telles que la chloration des sources d’approvision- nement d’eau en zone rurale ou prédominent les cas de diarrhées, une campagne d’information et de sensibilisation pour encourager les mesures d’hygiène de base, une distribution de l’eau de javel avec l’appui du Croix-Rouge sénégalaise dans les maisons.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !