Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

L’hôpital régional de Fatick bientôt fonctionnel : Modou Diagne Fada en passe de gagner son pari - 18/01/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Tous les ministres de la Santé sous l’alternance se sont cassé les dents sur cet épineux dossier et cela dure depuis dix ans. Par conséquent, quand Modou Diagne Fada a annoncé, en juillet dernier, la réception de l’hôpital régional de Fatick dans un délai de huit mois, personne n’y croyait. Mais voilà qu’il est sur le point de réussir son parti puisque l’hôpital sera bientôt fin prêt. Le taux de réalisation de ses travaux est de plus de 75 %, le recrutement du personnel se poursuit et les équipements hospitaliers sont sur place.

(Correspondance) - L’ouverture de l’hôpital régional de Fatick est imminente. L’annonce est de son nouveau directeur Amadou Bâ. Démarré en 1999 et toujours en chantier, cet hôpital a fait couler beaucoup de salive et d’encre. Les populations ont, plusieurs fois, organisé des marches de protestation, et crié sur tous les toits pour l’achèvement des travaux et l’ouverture de cet établissement. Après onze ans de combat, la fin de leur calvaire est pour bientôt.

Les travaux de construction de cet hôpital régional ont démarré en 1999 sous le régime socialiste. Mais ils connaîtront, par la suite, un arrêt de plus de dix ans. Un record ! Les populations y voient un manque de considération, un mépris de la part des autorités. Seulement, le dossier semble compliqué. D’ailleurs, tous les ministres de la Santé sous l’alternance ont buté sur cet épineux dossier. Revenu une seconde fois au département de la Santé, Modou Diagne Fada annonce, lors d’un Crd tenu à Fatick au mois de juillet dernier, la reprise des travaux et la réception des ouvrages dans un délai de huit mois. Personne n’y croit, y compris même certains responsables du Pds. Or, l’enfant de Darou Mousty est en passe de gagner le pari. L’hôpital est fin prêt. Le taux de réalisation est de plus de 75 %.

Un nouveau directeur vient de prendre fonction. Le recrutement du personnel se poursuit. Les équipements hospitaliers sont sur place. ‘Il n’y a plus d’obstacles. Au courant du premier trimestre de l’année, l’hôpital va fonctionner. J’ai déjà effectué une visite auprès des autorités administratives, médicales, religieuses, associatives et financières de la région. Ainsi, conscient de tout ce qui précède et de la mission qui nous attend, nous entendons développer une approche novatrice et révolutionnaire pour satisfaire les demandes des populations dans le respect des exigences et de l’orthodoxie de la gestion hospitalière’, soutient le directeur nouvellement nommé, Amadou Bâ, non sans dévoiler ses ambitions de faire de ‘cet établissement un hôpital moderne, sous-régional et compétitif. Ainsi nous demandons au Dieu de nous assister’.

D’après les informations recueillies sur place, l’entreprise Cde est en train d’abattre un travail de titan pour qu’à terme, les ouvrages puissent être livrés. Ainsi une réunion bimensuelle se tient régulièrement regroupant les techniciens de Cde, le bureau du contrôle, le bureau des architectes et la direction de l’hôpital pour voir l’état d’avancement des travaux.

‘Nous avons plusieurs spécialités. Mais dans un premier temps, nous voudrons démarrer avec la chirurgie ; c’est la radiologie, la biographie et progressivement la gynéco-obstétrique, l’ophtalmologie, la pédiatrie et les autres services comme la médecine générale. Mais nous voudrions aller progressivement pour atteindre notre vitesse de croisière dès que les travaux de génie civil seront finis’, note Dr Amadou Bâ. Aussi a-t-il lancé un appel aux populations de Fatick pour qu’elles comprennent leur rôle déterminant dans le fonctionnement de l’hôpital : ‘Les populations doivent jouer un rôle d’avant-garde. C’est leur hôpital. Il n’est pas celui du directeur ou de l’administration. Elles doivent donc se dire que c’est leur hôpital. C’est l’hôpital du Sine, de la région, de la sous-région’.

Un tour dans la ville nous a permis de comprendre la joie des populations. ‘Franchement, on n’y croyait pas. Nous prions Dieu pour que ce vœu se réalise et que le nouveau directeur réussisse sa mission parce que nous sommes fatigués par les évacuations sur Kaolack avec le mauvais état de la route Fatick - Kaolack. Même pour une fracture du doigt, il faut se rendre à l’hôpital de Kaolack’, lance cet habitant.

Bocar M. DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !