Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Insuffisance rénale : l'Etat cause 10 mille problèmes aux centres de dialyse - 20/01/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les insuffisants rénaux et hémodialysés se bousculent au niveau des postes de dialyse du service de néphrologie de l’hôpital Aristide Le Dantec. En effet, ils sont quatre-vingt six malades en attente d’être dialysés.Joint par téléphone hier, le président des insuffisants rénaux et hémodialysés, Mouhamed Soumaré, en a fait la révélation. La réduction du coût de la dialyse par l’Etat qui passe désormais de 50 000 à 10 000 la séance devrait être suivie de mesures d’accompagnement. Cette baisse augmente la fréquentation des services en charge de la dialyse. Or, le Sénégal ne dispose pas d’assez de postes de dialyse pour satisfaire toute la demande. Il existe seulement une vingtaine de postes au Centre hospitalier universitaire Aristide Le Dantec. Ainsi, quatre-vingt-six malades figurent sur la liste d’attente du service de néphrologie de cet établissement public de santé. Même l’ouverture d’un second centre de dialyse à Saint-Louis ne règle pas le problème de la demande des insuffisants rénaux.

Cela pose également un problème d’accessibilité géographique de la dialyse. Selon le président des insuffisants rénaux et hémodialysés, Mouhamed Soumaré, seules les régions de Saint-Louis et Dakar disposent de centre de dialyse dans le public. Les malades qui viennent de Tambacounda ou de Kolda éprouvent des difficultés à se faire soigner. Aussi demande-t-il à l’Etat de travailler à une décentralisation de la prise en charge de l’insuffisance rénale.

Au-delà de cette difficulté liée à l’accessibilité géographique de la dialyse, les insuffisants rénaux et hémodialysés demandent à l’Etat encore plus d’efforts dans la réduction du coût de la dialyse et des médicaments. Même ramenée à 10 000 francs la séance, elle reste encore inaccessible pour les malades. ‘Trois séances par semaine, cela fait 40 000 francs le mois. Sans compter le coût des médicaments qui peuvent avoisiner les 250 000 francs par mois’, se désole le président des hémodialysés et insuffisants rénaux.

Revenant sur le coût de la dialyse, Mouhamed Soumaré ne peut comprendre que des pays voisins comme la Mauritanie ou le Bénin appliquent la gratuité alors que le Sénégal ne se donne pas les moyens d’en faire autant. ‘Nous saluons les efforts fournis par les autorités dans ce sens, mais je crois que nous avons la possibilité d’appliquer la gratuité pour soigner plus de malades’, soutient-il. Si dans le public, le coût de la dialyse s’élève à 10 000 francs la séance, il se situe entre 60 et 150 000 dans le privé.

Les insuffisants rénaux et hémodialysés demandent également aux autorités médicales de se doter des moyens de réussir la transplantation rénale au Sénégal. ‘Pour la greffe rénale, les évacuations sanitaires s’élèvent à 150 millions de francs, alors que nous disposons de ressources humaines capables de la réaliser dans notre pays’, explique Mouhamed Soumaré. Pour la transplantation, un comité technique a été mis en place. Le texte législatif a été esquissé. Un atelier a été organisé dans ce sens et il ne reste qu’à le valider et à l’envoyer à l’Assemblée nationale. Des partenaires étrangers sont prêts à accompagner l’expertise locale pour la transplantation rénale. Le reste, c’est de mettre en place le coût financier.

Lors d’une rencontre de sensibilisation sur la maladie du rein, le chef de service Néphrologie de l’hôpital Le Dantec, le Professeur Boucar Diouf, avait souligné que des avancées significatives sont notées dans le projet de transplantation rénale au Sénégal. ‘Notre pays bénéficie de l’assurance de la collaboration de la Tunisie qui est très avancée dans ce domaine et des autorités médicales. Nous sommes au stade de recrutement des malades. La transplantation nécessite une certaine éligibilité chez le malade’, a souligné le Pr Diouf qui, même s’il ne voudrait pas avancer sur une date, souhaiterait que la première transplantation se fasse bientôt au Sénégal.

Issa NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !