Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Inauguration du centre de cardiologie de Dakar : l’absence troublante de Fada - 04/02/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Réalisée par le privé sénégalais en partenariat avec la coopération turque, ‘Cardio-Life’ a été inaugurée hier par le ministre d’Etat, Directeur de cabinet du président de la République, Habib Sy. D’un montant global d’un milliard 24 millions, la clinique du cœur, dotée d’un matériel médical de dernière génération, vient régler le problème des évacuations sanitaires grâce à sa salle d’angiographie.

Hormis la Côte d’Ivoire, le Sénégal est le second pays de la sous-région à se doter d’une salle d’angiographie. Un équipement servant à visualiser et traiter les artères coronaires quand ils sont bouchés et qui faisait jusque-là défaut au plateau technique sénégalais en ce qui concerne la prise en charge des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Grâce à cet appareil, les malades n’auront plus besoin d’être évacués en France ou dans les pays du Maghreb pour une coronarographie.

Ce renforcement du plateau technique médical est l’œuvre du privé qui a débloqué un milliard 24 millions pour mettre en place cette structure sanitaire dénommée ‘Cardio-Life’. C’est le fruit d’un partenariat entre l’initiatrice du projet, le Docteur Mariam Ly, et des spécialistes turcs en cardiologie, de l’hôpital privé Umut Hastanesi d’Ankara.

Grâce à la mise en place de cette structure, des interventions d’angioplastie coronaire qui est une opération médicale très délicate, seront proposées pour déboucher les artères. La clinique a notamment prévu une vingtaine de lits d’hospitalisation, pour un suivi rigoureux des patients afin d’éviter les risques de rechute. A cet effet, un traitement post-intervention est proposé aux patients pour renforcer l’acte médical. A l’heure actuelle, dix-huit opérations d’angiographie et une d’angioplastie y ont déjà été réalisées.

Pour une coronographie, le patient doit débourser 650 000 francs Cfa. Même s’il est moins salé qu’une évacuation sanitaire qui tourne autour de 18 millions, ce tarif reste encore hors de portée du Sénégalais lambda. Mais pour le Dr Mariam Ly, des partenariats sont en train d’être trouvés avec l’Etat pour voir dans quelle mesure, le traitement des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins pourra être subventionné. Surtout avec la coronarographie qui fait l’objet d’un nombre important d’évacuations sanitaires.

L’angiographie est un procédé d’imagerie médicale utilisée en cardiologie pour visualiser les artères coronaires, diagnostiquer et, éventuellement, traiter les affections coronaires. Elle constitue un examen médical complémentaire ‘invasif’ qui utilise la technique de radiographie aux rayons X et l'injection d'un produit de contraste iodé.

Au Sénégal, les maladies cardiovasculaires ont été, pendant longtemps, négligées du fait de l’ampleur des maladies transmissibles. Aujourd’hui, elles constituent la deuxième cause de mortalité dans les structures de santé à Dakar après le paludisme. Ce sont des maladies chroniques coûteuses avec un lourd fardeau de morbidité et de mortalité. Entre 1999 et 2007, la moyenne annuelle de décès est de 19,42, d’après les chiffres du Service de Cardio. La moyenne de consultations par an est de 4 828 patients avec une moyenne annuelle des hospitalisations 769 patients. Parmi les facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires, on peut noter l’hypertension artérielle (50 %), le tabagisme (47 %), l’obésité (23 %), le cholestérol (12,5 %) et le diabète (11,6 %).

C’est le ministre d’Etat, Directeur de cabinet du président de la République, Habib Sy, qui a procédé hier, au nom du chef de l’Etat, à l’inauguration de la clinique du cœur ‘Cardio-Life’, en présence du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Ousmane Ngom, du ministre de la Culture, Modou Bousso Lèye, et du ministre des Transports, Nafi Diouf Ngom.

Issa NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !