Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Prévention de la maladie rénale chronique : les spécialistes africains affûtent leurs stratégies à Dakar - 19/02/2011 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Association africaine de néphrologie (Afran), organise depuis mercredi, dans la capitale sénégalaise, son onzième congrès. Programmé pour quatre jours, la rencontre réunit les représentants d’une trentaine de pays et est axée sur la prévention de la maladie rénale chronique. Ouvert par le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, le 11ème Congrès de l’Association africaine de néphrologie (Afran) réunit à Dakar depuis mercredi, des dizaines de spécialistes des maladies rénales venant de quelque 28 pays africains, en plus de la France, de la Belgique et des Etats-Unis, autour d’un thème d’importance majeure, celui de « la prévention de la maladie rénale chronique ».

Pour le chef du gouvernement, le thème choisi pour le congrès des néphrologues est en effet d’une actualité brulante, surtout au Sénégal où la prévention est érigée en stratégie dominante dans les programmes de santé, a-t-il affirmé. Et, cela d’autant, fera remarquer Souleymane Ndéné Ndiaye, que la prévalence de la maladie rénale chronique demeure une préoccupation majeure parce que touchant toutes les franges de la population et plus particulièrement celles comprises entre 25 et 40 ans.

our y remédier, le Premier ministre a profité de l’organisation du Congrès de l’Afran pour réaffirmer l’engagement du Gouvernement sénégalais, conscient des drames sociaux et économiques induits par la pathologie rénale, de tout mettre en œuvre pour permettre à la communauté des néphrologues du Sénégal de mener à bien ses projets de recherche et d’amélioration de la qualité des soins.

Toutes choses qui devraient, outre l’effort budgétaire consenti, passer par la définition d’un cadre juridique et institutionnel pour encadrer les opérations de transplantation rénale que les unités de soins seront en mesure de proposer, dans un court terme, aux patients sénégalais. Inscrite au cœur des préoccupations de ce 11ème congrès de l’Afran, cette problématique de la transplantation rénale et, par ricochets du trafic d’organes, est apparu comme un sujet majeur de réflexion pour les spécialistes présents à Dakar. Invitant par là le chef du service de néphrologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, le professeur Boucar Diouf, par ailleurs nouveau président de l’Afran, à indiquer qu’une fois « la loi autorisant la transplantation rénale approuvée par le Parlement, des mesures « tangibles » seront prises pour éviter le trafic d’organes.

Le 11ème Congrès de l’Association africaine de néphrologie (Afran), jumelé au 2ème Congrès de la Société sénégalaise de néphrologie et devant durer 4 jours, a été la tribune de communications scientifiques de haute volée sur une discipline médicale qui enregistre encore « un gap énorme » en Afrique subsaharienne, selon les spécialistes.

Moctar DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !