Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Evaluation du plan national de developpement sanitaire : échec de la couverture vaccinale sur toute la ligne - 10/05/2011 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Rupture de stocks de vaccins due aux retards de mobilisation des fonds. Plus de 14 450 doses de vaccins endommagées. L’objectif de 80 % visé pour la vaccination des enfants n’est pas atteint et cela est à l’origine de la recrudescence de certaines maladies. Plus grave encore, la rétention d’informations sanitaires des agents de santé a une réelle incidence dans le suivi des programmes. Tels sont, entre autres, les principaux maux dont souffre atrocement le Programme élargi de vaccination (Pev). Devant tous les acteurs et partenaires de développement, toutes ces lacunes ont été soulevées hier, au Méridien Président, à l’occasion d’une rencontre dans le cadre du suivi du Programme national de développement sanitaire.

Le système sanitaire de ce pays a réellement pris du plomb dans les ailes. Rien que l’étude externe menée sur le Programme élargi de vaccination (Pev) suffit pour déceler les grandes failles d’un système qui se cherche toujours dans la perspective des Objectifs de développement du millénaire(OMD). En présentant hier, cette étude, le Dr Abdoul Aziz Ndiaye de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a mis à nu toutes les incohérences du programme de santé pour la couverture vaccinale des enfants.

Devant les experts, les partenaires de développement et des responsables gouvernementaux, le rapport a mis en exergue le déficit criard de financement de ce programme hautement stratégique pour la survie de l’enfance. Le manque de motivation du personnel quant à l’offre de soin est en sus indéniable. Les conséquences de tout cela ont donc été étalées : faible niveau de la couverture vaccinale, non respect du calendrier vaccinal, difficulté d’accès des populations aux districts sanitaires, absence de document de politique nationale de PEV dans plusieurs districts et insuffisance de l’archivage à tous les niveaux. Sans compter le non respect par l’Etat de ses engagements, les conflits de priorités constatés entre les différents programmes de santé, la faible capacité des laboratoires au niveau des districts et une démotivation totale du personnel au niveau opérationnel.

Autant de dysfonctionnement ont été constatés par le rapport présenté par le représentant de l’Oms qui a par ailleurs déploré les grèves répétées des travailleurs de la santé, les ruptures de stock de vaccin dues au retard dans la mobilisation des fonds, et l’état obsolète de la majorité des équipements de transport. Il y’a enfin les doses de vaccins endommagées par la mauvaise conservation et l’absence de camion frigorifique pour acheminer les vaccins à l’intérieur du pays ainsi que les insuffisances de coordination constatées dans la communication entre le Service national de l’information et de l’éducation pour la santé (Sneips) et la Direction de Prévention Médicale (DPM).

Ce diagnostic catastrophique dont la liste des symptômes est déjà si longue a été présenté devant le ministre de la santé et de la prévention, Modou Diagne Fada. Ce dernier a salué d’abord la fiabilité de cette étude menée par des partenaires sur le terrain dans son secteur. En tant qu’autorité de tutelle ainsi directement interpellée, le ministre s’est engagé à prendre toute une batterie de mesures et à sévir.

Mais pour commencer par le commencement, Diagne Fada a interpellé tous les directeurs de programmes invités à déclarer les fonds reçus des bailleurs et donner une échéance à cette directive publique. Tout en brandissant des menaces contre les contrevenants, le ministre a promis de réorganiser son département pour être en phase avec les besoins de l’heure. En ce qui concerne les ruptures de stock de médicaments dues aux lenteurs administratives, il a rappelé que le chef de l’Etat avait déjà donné des instructions fermes au Premier ministre pour certains médicaments d’urgence.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !