Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Service de Pneumologie du Chu de Fann : cent pour cent des cancers du poumon sont liés au tabac - 01/06/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Au service de Pneumologie du Centre hospitalier universitaire (Chu) de Fann, 100 % des cancers du poumon sont liés à l’usage du tabac. La révélation est du chef dudit service, le Professeur Abdoul Almamy Hane, qui recevait hier la presse, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le tabac.

Le tabac tue, contrairement à ce qui est inscrit sur les emballages des paquets de cigarettes indiquant que son usage ‘nuit gravement à votre santé’. En tout état de cause, les spécialistes en charge des maladies qui affectent les poumons restent fermes sur la question. ‘Le tabac attaque tous les organes de l’individu. De la tête aux pieds’, informent-ils. Et les chiffres qu’ils fournissent donnent le tournis. ‘Cent pour cent des cancers du poumon sont liés à l’usage du tabac’, informe-t-on au niveau du service de Pneumologie du Centre hospitalier universitaire (Chu) de Fann. Pis, 97 % des cas ne survivent pas. Le chiffre de 100 % de mortalité est même avancé au niveau du service.

Selon le chef du service de Pneumologie, le Pr Abdoul Almamy Hane, cette forte mortalité est imputable à un diagnostic tardif des cas. Selon lui, ces malades leur arrivent à un moment où la chirurgie est complètement dépassée. ‘A ce state, le traitement est impossible. Les cellules cancérigènes ont fini par gagner tout le corps. On ne peut faire que de l’accompagnement’, regrette le spécialiste, invitant toute personne souffrant de toux chroniques pendant quinze jours de se rapprocher des services de santé.

Même les fumeurs qui décident d’arrêter, ne sont pas à l’abri de faire un cancer. Selon le Pr Hane, les dégâts de l’usage du tabac sont irréversibles, même si le fumeur décide de se ‘repentir’. Et d’ajouter qu’il faut observer une période de dix ans après le sevrage au tabac pour être considéré comme non fumeur. Et une fois atteints de cancer, les sujets devront casquer fort pour la prise en charge. En effet, informe l’équipe du Pr Hane, il faut au moins six cures de chimiothérapie à raison de 200 à 300 000 francs par séance. Sans compter les bilans, les scanners et les radios qui viennent corser l’addition. En somme, le malade devrait débourser environ 5 à 6 millions pour se faire traiter ou ‘accompagner’.

Au-delà des cancers du poumon, le service de Pneumologie du Chu de Fann prend en charge les bronchites chroniques liées au tabagisme et ses complications, sans oublier les pathologies infectieuses telles que la tuberculose. Les asthmes y sont également traités en méthode ambulatoire. Pas besoin d’hospitaliser les malades. Selon une des collaboratrices du Pr Hane, le Dr Nafissatou Touré, le service reçoit entre 300 à 400 patients dans l’année.

En faisant face à la presse, l’équipe du service de Pneumologie de Fann informe que le tabac contient plus de 4 000 substances. Toutes nuisibles à l’organisme. Parmi ces substances, les spécialistes citent la nicotine qui agit sur le système et entretient la forte dépendance. ‘Si l’on donne à un chien un morceau de pain contenant une goutte de nicotine, il meurt foudroyé’, avertit le Pr Hane.

Arrêter de fumer augmente les performances sexuelles

Les fumeurs sont avertis. L’usage du tabac conduit également à des troubles sexuels. D’abord, la cigarette diminue fortement l’envie sexuelle, avertit le Pr Hane, chef de service Pneumologie du Chu de Fann, soulignant que cette perte d’envie peut devenir chronique. Selon le spécialiste qui recevait hier dans son service une équipe de journalistes, l’usage du tabac peut avoir une action directe sur les phénomènes d'érection. Ainsi, un fumeur peut avoir des troubles de l'érection. D’où la nécessité de l’informer qu’arrêter de fumer augmente les performances sexuelles. Un message clé que le Pr Hane livre à l’endroit de tout fumeur.

Issa NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !