Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Promotion de la kinésithérapie : Les praticiens demandent plus de considération à l’Etat - 04/06/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les Kinésithérapeutes du Sénégal s'organisent pour un meilleur encadrement et promotion de leur profession à travers leur association qui servira de charnière avec l'autorité. La profession de kinésithérapeute est très peu connue au Sénégal. Réunis au sein de l'Association des kinésithérapeutes, rééducateurs (Askir), les professionnels du secteur ont décidé de remédier à cette situation à travers une série d'actions, notamment la journée nationale de la kinésithérapie organisée hier à Dakar.

Une initiative marquée par plusieurs activités, notamment des exposés sur différents aspects de la profession, comme la place de la kinésithérapie dans le milieu du sport au Sénégal ou la kinésithérapie et l’hémophilie ou l'exposé sur la rééducation cardio-vasculaire pour permettre aux patients de mieux comprendre l’utilité de fréquenter les professionnels pour bénéficier de soins de qualité spécifique à leurs maux.

Venu présider la rencontre, le représentant du ministre de la Santé, a profité de cette opportunité pour inviter les professionnels de la kinésithérapie à améliorer leur méthode de communication pour assurer une bonne promotion de leur métier. Car, dit-il, ‘votre fonction est méconnue des Sénégalais qui pensent à tort que vous exercez un métier destiné aux personnes financièrement aisées. D’où l’intérêt de multiplier vos actions sur le terrain en vue de faire connaître votre profession’.

En guise de réponse, le président de l’Askir, Cheikh Seck, a indiqué qu’au Sénégal, seule l’Ecole nationale de développement social et sanitaire (Endess) forme actuellement les kinésithérapeutes, le matériel est précaire, les autres corps des professionnels de la santé publique leur portent très peu de considération et de nombreux arnaqueurs qui se font passer pour des kinésithérapeutes ternissent l'image de la discipline. Malgré cela, poursuit le président de l’Askir, ‘nous nous efforçons de superviser, promouvoir, encadrer et protéger la profession et d'assumer un rôle de passerelle avec l'autorité dans l'élaboration des décisions sur la santé publique’. Toutefois, il estime que l’Etat doit les accompagner dans leur politique de redynamisation de leur secteur, en incitant le corps médical à se spécialiser dans les domaines essentiels à la sauvegarde des malades dont la kinésithérapie, en vue de pouvoir renforcer le nombre insuffisant de kinésithérapeutes existants au Sénégal. Selon lui, le pays ne compte que cent sept praticiens qui sont loin de pouvoir satisfaire la demande, car la majorité d’entre eux ne prestent qu’à Dakar, alors que les besoins à l'intérieur sont criards et la plupart se concentrent dans le secteur privé et confessionnel.

Depuis sa création, l’Association des kinésithérapeutes, rééducateurs (Askir) tente de s'investir dans le recyclage des professionnels du secteur en organisant des conférences scientifiques, dans l'élaboration des programmes de cours pratiques et concrets en concertation avec les structures formatrices pour rendre les futurs diplômés efficaces en accord avec la nomenclature internationale ainsi que dans la promotion de la profession et de ses acteurs. Les objectifs des mandataires de l'Askir sont principalement de faire intégrer l'association à des réseaux continentaux, régionaux et sous-régionaux, de sécuriser l'emploi des jeunes en les orientant vers des centres hospitaliers à l'intérieur ou en accompagnant la recherche scientifique grâce à la formation continue.

Paule Kadja TRAORE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !