Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Abandon de l'excision : impliquer les communautés dans le Plan d'action 2010-2015 - 14/06/2011 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'adoption d'une loi à elle seule et la déclaration d'abandon ne suffisent pas pour dissuader définitivement les populations de pratiquer l'excision, a déclaré ce week-end le Docteur Cheikh Tidiane Bâ, en marge des séances de dépistage du Vih/Sida organisées dans le cadre de la 19ème édition du Festival international de jazz de Saint-Louis. Représentant le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) à Saint-Louis, le médecin a précisé que la masse critique de villages n'a été obtenue que lorsque le plan d'action national a renforcé l'implication des communautés.

Parce que les interventions ont particulièrement ciblé les populations locales, ignorant les émigrés ou certains décideurs-clé. Ce qui a généré des poches de résistance où ces groupes d'influence ont joué un rôle capital pour empêcher l'abandon de l'excision. La région Nord, a rappelé le Docteur Cheikh Tidiane Bâ, n'est pas épargnée par la pratique de l'excision. La dernière Enquête démographique de santé faisait état d'une prévalence de 44%, contre une moyenne nationale de 28%. Les régions de Kolda et Matam se caractérisent par une prévalence très élevée avec respectivement 94% et 93%. Elles sont suivies par les régions de Tambacounda (86%), de Ziguinchor (69%) et de Saint-Louis (44%). A Dakar, région de forte immigration, la prévalence est de 17%. A l'opposé, dans les régions de Thiès (7%), de Louga (4%) et surtout de Diourbel (2%), les proportions de femmes excisées sont beaucoup plus faibles. Parlant des leçons du Plan d'action 2000/2005, Dr Bâ a rappelé que la mobilisation de ressources conséquentes a permis l'atteinte des résultats et notamment, de mener des activités génératrices de revenus.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !